in ,

Voici le montant de la contravention que risquent les Français qui n’auront pas de pneus neige cet hiver

voici-le-montant-de-la-contravention-que-risquent-les-francais-qui-nauront-pas-de-pneus-neige-cet-hiver

Du 1er novembre 2022 au 31 mars 2023, de nouvelles mesures obligeront les conducteurs de certains secteurs à avoir des pneus d’hiver sur leurs véhicules. Rappelons que c’est la loi Montagne II qui impose cette règle.

Pneus neige obligatoires : la liste des départements touchés par cette mesure

Avec un total de 48 métropoles de montagne potentiellement concernées, selon France Bleu, voici les départements touchés par cette mesure : Ain, Allier ou encore Alpes-de-Haute-Provence. Cela concerne aussi les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, Ardèche, Ariège et Aude. Cette obligation touche également Aveyron, Cantal, Doubs, Drôme, Haute-Garonne, Isère, Jura, Loire, Haute-Loire, Lozère ou Moselle.

S’ajoutent aussi à cette liste les départements tels que Puy-de-Dôme, Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Rhône, Haute-Saône. Mais pas que, il y a aussi Haute-Savoie, Savoie, Tarn, Territoire de Belfort, Var, Vaucluse et enfin Vosges. Au total, ils sont 34 à être concernés. N’oubliez pas que dans certains territoires, cette loi s’applique partiellement ou totalement. Si vous souhaitez en savoir plus sur la liste des communes concernées par cette obligation, vous pouvez vous adresser directement aux préfectures.

À noter, une nouvelle signalétique permet aux utilisateurs d’y voir plus clair. En effet, cette dernière marque l’entrée et la sortie des zones où les pneus d’hiver sont obligatoires. Pour mieux l’identifier, il faut savoir qu’elle représente une montagne, une valise de chaînes et un pneu.

On prévoit une amende de 135 euros, mais pas avant “fin 2022”

Les conducteurs des zones montagneuses qui enfreignent la loi doivent s’attendre à une amende de classe 4 qui est de 135 €. Il est également possible d’immobiliser leur véhicule. Cela, peu importe la condition météorologique lors de la vérification ! Toutefois, les utilisateurs non équipés ne seront pas pénalisés pour l’instant. La raison ? Aucun décret instaurant des sanctions n’a encore été pris par le gouvernement.

Sur France Info, le ministère des Transports donne plus de détails sur le sujet. “Il est important de laisser le temps aux usagers de s’habituer, ce n’est pas une mesure répressive”, déclare-t-il. C’est d’ailleurs pour cela que, “à ce stade et au minimum jusqu’à fin 2022, il n’y aura donc pas de sanction”.