in

Voici l’astuce qui permet de réduire vos impôts et compléter vos revenus à la retraite !

Voici lastuce qui permet de réduire vos impôts et compléter vos revenus à la retraite !
© Adobestock

Voici l’astuce qui permet de réduire vos impôts et compléter vos revenus à la retraite ! On vous en dit plus dans nos prochaines lignes.

Voici l’astuce qui permet de réduire vos impôts et compléter vos revenus à la retraite ! Il s’agit notamment du plan d’épargne retraite qui s’avère être parmi les solutions idéales pour compléter sa future pension. Son succès a été fulgurant.

Un bon PER, solution idéale pour compléter ses revenus à la retraite

Le plan d’épargne retraite individuel a conquis près de 6,2 millions d’épargnants (chiffre arrêté au 30 juin 2022), pour un encours de près de 50 milliards d’euros, est-il indiqué dans les colonnes du Figaro.

Il poursuit comme indiqué par le site Good value for money, sa montée en puissance. C’est un placement taillé sur mesure pour offrir un complément de retraite.

Chaque euro investi permet en effet de réduire d’autant son revenu imposable, dans la limite de 10 % de ses revenus de l’année précédente. Plus sa tranche d’imposition est importante, plus l’investisseur diminue son impôt sur le revenu.

Le plafond étant en 2022, de 4 114 euros au minimum et 32 909 euros au maximum.

Pour 4 000 € versés par exemple, vous économiserez 1 640 euros d’impôt si vous êtes taxé à 41 % et 1 200 euros à 30 %, illustre nos confrères du Figaro.

«De nombreux clients n’hésitent pas à faire des versements en fin d’année pour diminuer leur impôt », souligne Henri Réau, directeur du développement du courtier Placement-direct.fr.

Toutefois, lorsque vous retirez votre argent à l’âge de la retraite, « les capitaux issus des versements défiscalisés à l’entrée sont taxés au barème progressif de l’impôt, sans l’abattement de 10 %. Quant aux gains, ils sont soumis au prélèvement forfaitaire de 30 % ».

Les experts préconisent le fait d' »être imposé à une tranche moins élevée lors de sa retraite que durant sa vie active ».

En principe, vous ne pouvez récupérer vos fonds que lorsque vous arrivez à la retraite excepté en cas d’accident de la vie (décès, invalidité, surendettement…) ou pour acquérir votre résidence principale.

Mais dans ce cas de figure, le capital restitué sera taxé au barème de l’impôt sur le revenu, sans application du traditionnel abattement de 10 %.

40 % des PER proposent une gestion pilotée c’est-à-dire qu’une société de gestion se charge de l’épargne de l’investisseur selon son niveau de risque, mais sans sécuriser l’épargne à l’approche de la retraite, à la différence de la gestion à horizon « avec une sécurisation progressive des capitaux placés, au fur et à mesure que l’heure de la retraite approche ».

Cette seconde option est choisie par plus de 75 % des épargnants, selon Good value for money. La plupart des PER propose cette gestion libre.

Examiner les frais des PER.

N’oubliez pas non plus d’examiner les frais. Leur empilement peut finir par dégrader la performance de l’épargne.

« Comptez 2,5 % de frais annuels en cumulant les sommes prélevées par l’assureur (frais de gestion) et par les sociétés de gestion des fonds (frais courants), sans parler des frais sur versements (jusqu’à 5 % dans les contrats haut de gamme) ».

Et si vous opter pour une gestion pilotée, il faudra ajouter « 0,40 % de frais de gestion annuels supplémentaires« . La note finale peut-être très salée.

Un autre élément à considérer est le mode de sortie de votre PER. Ils proposent tous de verser une rente à vie ou de récupérer le capital ( soit de manière fractionnée, ou en une seule fois).

Préférez les PER qui vous offrent la possibilité de retirer votre argent librement, et sans contrainte. Prêtez minutieusement d’attention aux conditions générales des contrats.

Si vous n’avez pas souscrit le bon PER, il est possible de le transférer chez un autre assureur.

La quasi-totalité des PER sur le marché sont des contrats d’assurance vie multisupports, disposant d’un fonds en euros et d’unités de compte.

En outre, le PER de type compte-titres permet l’investissement dans un large panel d’actifs financiers pour un coût assez raisonnable. Pour le reste, il fonctionne comme le PER assurance mais uniquement sans les avantages fiscaux de l’assurance vie.

Le PER libellé en unités de rente ou en points permet de ­connaître le niveau de la rente qui sera servie à votre retraite. Les sommes investies sont converties en points. Le taux de conversion est fonction de l’âge de ­l’épargnant.

«Notre contrat garantit que pour chaque euro versé, la rente calculée à 62 ans est connue et ne peut pas baisser, assure Christian Carrega, directeur général de Préfon. Elle ne fera même que croître dans le temps ».