in , ,

Senior: gare à ses 5 fausses bonnes résolutions diététiques

Senior: gare à ses 5 fausses bonnes résolutions diététiques
© iStock

Senior : gare à ses 5 fausses bonnes résolutions diététiques. La rédaction d’Il est encore temps vous décrypte tout dans ses prochaines

Avec la nouvelle année, beaucoup d’entre nous prennent des nouvelles résolutions. L’équipe rédactionnelle d‘Il est encore temps s’intéresse tout particulièrement au senior : gare à ses 5 fausses bonnes résolutions diététiques ! Toutes les résolutions ne sont pas bonnes à prendre lorsque l’on prend de l’âge.

1/ Revenir au poids de ses 30 ans

Privation et santé ne vont pas ensemble, notamment passé les 50 ans! Et pour cause, vous risquez de perdre en masse musculaire. Sans compter que la synthèse des protéines (capacité à « refaire du muscle« ) diminue considérablement.

Maigrir trop vite altère les capacités motrices et les fonctions cardiaques et cognitives…

La meilleure chose à faire est d’atteindre un poids de forme et non un « poids idéal » c’est-à-dire un poids qui ne vous prive de rien. Manger moins de 1600Kcal/j est dangereux.

Pratiquer une activité physique et veiller à votre posture afin de limiter le tassement vertébral qui ne fera davantage que faire saillir le ventre post-ménopause.

2/ Bouder les laitages

Principales sources de calcium, le saviez-vous que les besoins en produits laitiers augmentent avec l’âge. Passé la cinquantaine, ne vous en priver surtout pas au risque de développer de l’ostéoporose, soit une fracture osseuse pathologique.

Les besoins journaliers en calcium sont de 800 à 1000mg.

Une portion de fromage à pâte pressée (gruyère, comté), d’un fromage blanc, d’un yaourt suffit à couvrir les besoins journaliers. Compléter l’apport avec une eau riche (Courmayeur, Contrex) et des légumes verts. Faites également le plein de vitamine D.

3/ Se priver totalement du sel

L’excès de sel n’est pas bon pour la santé. Touotefois, sauf impératif médical, le supprimer radicalement de votre régime n’est pas conseillé car cela accroît le risque de dénutrition et de déshydratation ( apanage de vertiges, malaises, etc.)

Trouver l’équilibre.

4/ Arrêter la consommation de graisses et de sucres

Pour que votre ration soit équilibrée, il est essentiel d’y inclure les lipides et les glucides. Ces deux derniers qui sont d’ailleurs, indispensables au bon fonctionnement du cerveau ( composé de 60% de lipides) et l’un des plus vorace en carburant glucidique (il consomme 20% de notre apport en sucres).

Sélectionner les bons alliés ! Pour les glucides, privilégier les aliments non transformés à Indice Glycémique bas parce qu’ils apportent une énergie en continu sans pour autant, élever la glycémie.

Quant aux lipides, faites la part belle aux Omégas 3 (poissons gras, huile de colza) et consommer le beurre avec modération.

5/ être végétalien

Les besoins en protéines du corps augmentent de 20% après 60 ans dont les protéines animales. Sauf avis médical, œufs, poisson, viande ou encore volaille, doivent figurer dans votre régime alimentaire une fois par jour pour éviter la fonte musculaire, une baisse de l’immunité ou encore l’anémie…

Devenir végétalien n’est pas très très recommandé lorsqu’on gagne en âge. Si vous tenez, assurez-vous d’être médicalement bien assisté.

Merci au Dr Patrick Serog, médecin-nutritionniste pour les précieux conseils tirés de son livre Bien manger, bien vivre, bien vieillir : savourez, partagez et appréciez la vie, Éditions In Press.