RSA : les bénéficiaires de l’allocation bientôt obligés de travailler ?

RSA : les bénéficiaires de lallocation bientôt obligés de travailler ?
© PIXABAY

RSA : les bénéficiaires de l’allocation seront-ils bientôt obligés de travailler pour pouvoir continuer à toucher cette aide de l’Etat ?

RSA : les bénéficiaires de l’allocation bientôt obligés de travailler pour pouvoir toucher ladite prestation ? Certains départements vont en effet faire l’objet d’expérimentation d’un temps de travail obligatoire pour ces bénéficiaires du revenu de solidarité active.

Faut-il dorénavant travailler avant de pouvoir toucher le RSA ?

L’imposition d’un certain nombre d’heures de travail pour pouvoir toucher le RSA est l’une des mesures proposées par le Président Macron durant sa campagne.

Le ministère du Travail va ainsi proposer quelques zones de test pour effectuer cette mesure controversée.

« Dix bassins d’emploi vont en effet faire l’objet d’une expérimentation d’un RSA en échange de 15 à 20 heures de travail », rapporte Le Point, sur lequel Olivier Dussopt s’est exprimé ce 12 septembre.

Cette mesure intervient assurément dans le cadre de la réforme impulsée par le ministre autour de 8 chantiers dans l’objectif d’atteindre le plein-emploi. Il s’agit plus particulièrement d’une réforme pensée pour réinsérer les allocataires :

« Il est de la responsabilité des pouvoirs publics d’accompagner vers l’emploi les bénéficiaires du RSA« , confie Olivier Dussopt.

« Moins de 50 % des allocataires bénéficient aujourd’hui d’un accompagnement par Pôle Emploi. La réforme du RSA vise ainsi à redonner à 2 millions de personnes une dignité et une voie d’émancipation par le travail« , est-il indiqué sur le site du ministère,

A quelle condition peut-on bénéficier des 200 € supplémentaires ?

Le département des Bouches-du-Rhône demande à faire partie des zones d’expérimentation, comme affirmée par sa présidente Martine Vassal auprès de par BFMTV.

En Ardèche, le président Olivier Amrane envisage d‘imposer un temps de travail de 10 heures par semaine dans plusieurs entreprises à 2/3 des personnes qui touche le RSA, le 1/3 restant étant jugé trop « fragile« , révèle France Bleu.

En cas de refus, le RSA sera supprimé. Il faut savoir que les bénéficiaires recevront 200 € supplémentaires le premier mois en cas d’acceptation.

S’ils réussissent ensuite à se faire embaucher pour un contrat d’au moins une période d’1 an, le RSA leur sera aussi versé le premier mois de travail.