Retraite : voici comment résorber le déficit du régime sans réforme

Retraite : voici comment résorber le déficit du régime sans réforme
© Pexels

Retraite : voici comment résorber le déficit du régime sans réforme. On vous explique tout dans les lignes qui suivent…

Selon une étude de la chaire « Transition démographiques, transition économique », le fait d’augmenter l’âge de départ à la retraite n’est pas toujours le seul moyen pour combler le déficit du système de retraite. Retraite : voici comment résorber le déficit du régime sans réforme.

Retraite : cette solution plus simple et plus efficace pour résorber le déficit du régime sans réforme.

Selon l’étude en question, il serait tout à fait possible de le faire en augmentant le taux d’emploi des 55-64 ans.

65 ans avec Emmanuel Macron ou 60 ans avec Jean-Luc Mélenchon ?, se demandent l’économiste Jean-Hervé Lorenzi et sa chaire « Transition démographiques, transition économique ». Ce débat répondent-ils, « n’a pas lieu d’être ».

Une hausse de dix points du taux d’emploi des 55-64 ans suffit à « équilibrer les comptes » du système de retraites d’ici 2032, sans avoir à toucher, ni à l’âge légal ni à la durée de cotisation, explique le spécialiste.

« L’équilibre pourrait selon leurs calculs, être atteint » en conservant « les mesures d’âge actuelles » – soit âge légal de départ à 62 ans et durée de cotisation portée à 43 ans d’ici 2035.

Afin de pallier un déficit estimé à 5 milliards d’euros en 2032, et surtout les 30 milliards payés par l’État pour les régimes spéciaux ainsi que les retraites des fonctionnaires, une augmentation de 56 à 66% du taux d’emploi des seniors suffirait amplement.

Ceci supposerait de « réduire de moitié le chômage des 55-64 ans, soit 325.000 emplois supplémentaires, en doublant les dépenses de formation professionnelle » pour la tranche d’âge concernée.

Il faudrait pour cela en sensibiliser 500.000 autres à reporter leur départ en retraite, en doublant cette fois, la surcote existante. Celle-ci est rappelons-le, de 1,25% à 2,5% par trimestre au-delà d’une carrière complète.

Et ce, « tout en maintenant le système de décote actuel » (qui est de 1,25% par trimestre manquant, NDLR).

Cette solution est d’ailleurs bénéfique à tous les plans. On vous donne les détails.

Sans que vous vous y attendiez, le gain financier serait suffisant pour « rétablir les critères de pénibilité supprimés en 2017 » et même, pour offrir un départ anticipé à 60 ans aux salariés ayant porté des charges lourdes, subi des postures pénibles, des vibrations mécaniques ou exposés à des produits chimiques.

Mais ce n’est pas tout. Il y aurait même assez de marge pour « augmenter la pension minimale à 1.100€ pour une carrière complète« , comme l’a assuré le président Emmanuel Macron avant sa réélection.