in , ,

Répulsifs anti-moustiques : sprays, plantes,… Qu’est-ce qui fonctionne vraiment ? 

Répulsifs anti-moustiques : sprays plantes… Quest-ce qui fonctionne vraiment ? 
© Shutterstock

Répulsifs anti-moustiques : sprays, plantes citronnelles,… Qu’est-ce qui fonctionne vraiment ? Le point à travers cet article.

Comme beaucoup d’entre nous, vous avez déjà certainement essayé bien de moyens pour vous débarrasser des moustiques. Cet été, notre équipe rédactionnelle se penche à nouveau sur le sujet. Répulsifs anti-moustiques : sprays, plantes,… Qu’est-ce qui fonctionne vraiment ? 

Vincent Corbel et Fabrice Chandre, chercheurs à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) de Montpellier, vous décryptent le vrai du faux des produits anti-moustiques.

Huiles essentielles à base de citronnelle

L’odeur de la citronnelle peut certes, incommoder les moustiques et de ce fait, les repousser. Toutefois, il faut reconnaître que son efficacité est limitée dans le temps.

« Le problème des huiles essentielles c’est leur volatilité, comme l’explique Fabrice Chandre, l’odeur va en effet repousser le moustique quand il va s’approcher de vous mais l’efficacité de l’extrait naturel ne va durer que quelques minutes. Une quinzaine tout au plus« , poursuit l’expert.

Feuilles de mélisse ou autre plante à frotter contre soi

Tout comme avec les huiles essentielles, la mélisse ou le basilic peut marcher, mais là encore, son efficacité est limitée dans le temps.

« L’odeur n’est pas un gage d’efficacité ! » précise Vincent Corbel. « Il faut rappeler que ce n’est pas parce qu’un produit sent fort pour un être humain que ce dernier est efficace contre les moustiques« . Une fois l’odeur disparue, « le moustique va revenir« .

L’huile de monoï/ l’huile de coco

Appliquer sur la peau, l’huile de monoï tout comme l’huile de coco seraient de puissants répulsifs antimoustiques.

Des clous de girofles dans un citron ou une orange

C’est l’une des astuces dont on vante les mérites mais qui ne sert pratiquement pas à grand-chose.

« Cette technique va peut-être marcher mais à seulement quelques centimètres du citron, l’intérêt est très limité« , fait savoir Fabrice Chandre

Planter des géraniums, du basilic ou de la citronnelle

Faire fleurir du géranium, basilic ou de la citronnelle sur son balcon ne repoussera en rien les nuisibles.

Vinaigre de cidre

« La encore ce n’est pas parce qu’un produit sent fort qu’il est efficace » rappelle Vincent Corbel. Une fois l’odeur de votre vinaigre de cidre évaporée, rien n’empêchera le moustique de revenir.

Infusion d’ail

« Dans tous les pays beaucoup plus touchés que le France jamais nous n’avons vus des habitants utiliser ce procédé.« , indiquent les deux chercheurs de l’IRD.

Les tutoriels recommandent d’en pulvériser dans l’encadrement des portes et sur les rideaux pour repousser les moustiques. Vous pouvez essayer sinon, passez votre chemin.

Faire brûler du marc de café

Faire brûler du marc de café séché serait un antimoustique redoutable. Sauf qu’il faut savoir que « Ni la fumée ni les substances actives du marc de café ne nous ont été rapportées comme efficaces« , révèle Fabrice Chandre. Pas la peine de vous y mettre.

Serpentin à faire brûler

Les serpentins à faire brûler constituent « l’un des meilleurs produits pour éloigner les moustiques ! Plusieurs molécules actives sont présentes dans ces bâtonnets d’encens qui, une fois diffusés grâce à la fumée, vont repousser durablement les moustiques« , confirment les chercheurs.

Ces répulsifs comptent parmi les plus efficaces du marché.

Bougie à la citronnelle

Les bougies à la citronnelle peuvent repousser les moustiques mais uniquement dans un très court rayon. L’odeur se dissipant très rapidement, ils ne permettent pas de repousser longtemps les moustiques.

En fonction de la qualité de la cire, des substances toxiques qui leurs sont incorporées peuvent polluer l’air de votre intérieur.

Répulsifs anti-moustiques : les sprays vs plantes

Les sprays comme le confirment les chercheurs, sont les meilleurs produits et l’arme la plus efficace pour lutter contre le moustique tigre.

Quatre molécules sont spécialement reconnues par l’OMS, l’Anses et l’Union Européenne comme véritablement puissantes contre les moustiques. A savoir :

  • DEET (N,N-diéthyl-mtoluamide)
  • KBR30234 (Carboxylate de Secbutyl 2-(2-hydroxyéthyl) pipéridine-1 / Icaridine)
  • PMDRBO4 (mélange de cis- et trans-p-menthane-3,8 diol)
  • IR35353 (N-acétyl-Nbutyl-β-alaninate d’éthyle)

« Si les concentrations de ces molécules sont d’au moins 20% et jusqu’à 50% maximum, c’est que le produit sera efficace est reconnu ».

N’en abusez pas non plus, l’Anses recommande d’appliquer les sprays entre 1 et 3 fois dans la journée.

Mettre des vêtements blancs

Etant donné que les moustiques ont « tendance à se diriger davantage vers les personnes qui portent du noir que celles qui portent des couleurs claires« , le port des vêtements blancs et longs sont recommandés.

Les bracelets antimoustiques

« Les bracelets antimoustiques ça ne marche pas« , prévient Fabrice Chandre. Certaines marques apposent le label « testé par l’IRD » comme gage de qualité « mais ils ne précisent pas que nous l’avons testé et considéré comme inefficace« , fait savoir Vincent Corbel.

Les applications sur smartphone

Pour les applications supposées, faire propager des ultrasons qui feront repousser les moustiques.

« Il y a eu des études et nous sommes sûr à 100% que ça ne marche pas. Les ultrasons, soulignent les chercheurs, n’ont aucune incidence sur les moustiques« .

Les lampes à Ultra-violets

« Ce genre d’appareil n’est vraiment pas spécifique, le risque c’est que l’on se retrouve avec encore plus d’insectes volants dans les environs », tempèrent Vincent Corbel et Fabrice Chandre.

« Le combo, vêtements longs et clairs, serpentin et piège lumineux peut grandement améliorer le confort », complète Vincent Corbel.

La meilleure défense reste la prévention

« Les gens sont le moteur même de la propagation du moustique tigre, il est indispensable de sensibiliser les citoyens à faire attention à ne pas laisser croupir de l’eau dans une coupelle, un seau, des poubelles ouvertes… C’est dans la place publique que se joue la prolifération du moustique« , concède l’entomologiste.

« La lutte se joue surtout dans les jardins et les balcons privés, en tant qu’opérateur ne nous pouvons pas y accéder, il suffit qu’un seul foyer ne fasse pas attention pour qu’une rue entière soit infestée par le moustique tigre. », termine Vincent Corbel.