in

Pénurie de carburant : le salaire moyen d’un opérateur de raffinerie est de 5000€ par mois, selon TotalEnergies !

Pénurie de carburant : le salaire moyen dun opérateur de raffinerie est de 5000€ par mois selon TotalEnergies !
© SIPA

En pleine pénurie de carburant, TotalEnergies révèle que le salaire moyen d’un opérateur de raffinerie est de 5000€ par mois ! Est-ce réellement le cas ?

Depuis près de deux semaines, les salariés des raffineries de Total et d’Esso-ExxonMobil sont en grève. Ils revendiquent une augmentation de salaires. Le plus grand groupe pétrolier français a contre-attaqué ce 9 octobre 2022 en dévoilant la rémunération moyenne d’un opérateur. Pénurie de carburant : le salaire moyen d’un opérateur de raffinerie est de 5000€ par mois, selon TotalEnergies !

TotalEnergies révèle qu’un opérateur de raffinerie gagne 5000€ de salaire mensuel.

Un chiffre que les syndicats n’ont pas manqué de contester. Qui dit vrai ?

Malgré les pressions croissantes du gouvernement, la CGT et la direction de TotalEnergies n’ont toujours pas ouvert les négociations sur l’éventualité d’une hausse des salaires, après près d’une quinzaine de jours de grève qui provoquent des pénuries de carburants dans presque 1/3 des stations-service de France.

«La rémunération mensuelle moyenne d’un opérateur de raffinerie de TotalEnergies en France en 2022 est de 5 000 euros brut par mois, Intéressement Participation compris [4 300 euros par mois hors intéressement]», révèle TotalEnergies.

Dominique Seux a fait savoir sur France Inter, qu’un «ouvrier en 3/8 en raffinerie TotalEnergies en Normandie a en moyenne un salaire brut annuel de 40 000 euros brut, auxquels, précise le journaliste économique, s’ajoutent des primes de poste et d’ancienneté ainsi que d’autres éléments variables. Sans oublier l’intéressement et la participation.»

«On ne sait pas d’où sort ce chiffre» ! : la CGT réagit à la contre-attaque de Total

Selon Thierry Defresne, secrétaire CGT du comité européen TotalEnergies, ces chiffres ne «se retrouvent pas dans les documents officiels fournis aux représentants du personnel»«On ne sait pas d’où sort ce chiffre», indique-t-il auprès de La Libération.

TotalEnergies a proposé d’avancer les négociations salariales prévues en novembre au mois d’octobre, à condition que les raffineries et dépôts bloqués reprennent le travail.

Une demande que le syndicat considère de pure « chantage ».

« TotalEnergies essaie d’imposer une suspension de la grève avant toute réunion de négociation et donc avant toute proposition d’augmentation salariale », peut-on lire dans un communiqué du syndicat transmis à l’AFP.

« Cette tentative est perçue comme un chantage par la CGT et ne garantit en rien la satisfaction des revendications exprimées et donc la reprise du travail ».