in

Opération anti-squat : une famille expulsée de son logement

Opération anti-squat : une famille expulsée de son logement
Opération anti-squat : une famille expulsée de son logement !-© Shutterstock

Une famille victime d’une Opération anti-squat, ce mercredi 11 octobre 2023. On vous raconte tout dans nos prochaines lignes.

Opération anti-squat : une famille expulsée de son logement

Une seule famille était sur place durant l’intervention des policiers dans le quartier du Plan. Ils devaient faire évacuer quatre appartements squattés et deux autres utilisés comme lieu de stockage à la rue Poincaré.

Mais au moment de l’opération, une seule famille était présente sur les lieux. Les autres occupants illégaux, apparemment d’origine tchétchène, avaient déjà quitté les lieux. 18 personnes ont été évacuées, soit les occupants de 5 logements.

« Un hébergement d’urgence a été proposé à cette famille albanaise avec trois enfants« , indique nos confrères de France Bleu. Cette opération anti-squat a mobilité environ 20 effectifs de la Direction départementale de la sécurité publique.

« Pour ces quatre familles-là, précise Annie-Paule Tenneroni, présidente du bailleur social Valence Romans Habitat, il s’agit effectivement de problématiques de délinquance. Il peut y avoir aussi la problématique de la dette, levier supplémentaire pour accélérer ces expulsions ».

« Et on a très souvent de façon concomitante des problématiques de comportement et une dette. Et donc nous agissons sur les deux volets », expliquait-elle auprès de France Bleu Drome Ardèche.

« Nous en avons fait depuis 2014 (opération anti-squat, NDLR)(…) Une centaine de familles ont été expulsées avec des problématiques de dettes, mais une cinquantaine aussi pour des problématiques de délinquance« , dévoile-t-elle.

Annie-Paule Tenneroni confirme que certains appartements de Valence Romans Habitat sont également squattés.

Selon ses dires, « aujourd’hui, c’est possible parce qu’on a une organisation derrière tout ça(…) qui font rentrer des squatteurs dans nos appartements ».

« Les squatteurs sont là depuis des mois pour la plupart. Ils ne rentrent pas bien évidemment totalement gratuitement dans ces logements. Ils payent quelque chose, un accès à ces personnes ».

« Des interventions de ce type chaque semaine ».

Pour « reconquérir ces quartiers sensibles » au Plan et à Fontbarlettes, la préfecture de la Drôme prévoit « des interventions de ce type chaque semaine ».

« L’objectif est de maintenir la pression pour permettre aux habitants de ces quartiers de retrouver de la quiétude« , confie Delphine Grail-Dumas, directrice de cabinet de la préfecture de la Drôme.