in

Marine, 2 257€ par mois : « Pour les courses, je fais les poubelles »

marine-2-257e-par-mois-pour-les-courses-je-fais-les-poubelles

Le concept de freeganisme devient de plus en plus intéressant en ces temps d’inflation. Ainsi, nous allons voir ci-après comment cela fonctionne avec cette chargée d’étude dans la fonction publique. En effet, Marine gagne 2 257€ par mois avec ce mode de vie.

Marine gagne 2 257€ par mois : son organisation avec son colocataire

Marine travaille en tant que chargée d’étude avec un statut de fonctionnaire. Elle perçoit un salaire de 1 942 € net par mois après prélèvement à la source. Aussi, elle dit avoir beaucoup d’avantages dans la fonction publique.

De plus, elle reçoit 315€ de loyer par mois de la part de son colocataire. Ce dernier loue une chambre dans son appartement. En tout, elle perçoit 2 257 € par mois. Marine avoue qu’elle gère son budget à couteaux tirés.

Il faut savoir que les 315€ mensuel de loyer incluent toutes les charges de son colocataire. Et pour les courses, ils se partagent les frais selon la situation. En effet, Marine doit encore rembourser le prêt contracté il y a 4 ans pour l’acquisition de son appartement de 73 m². Elle verse ainsi 550 € par mois pour un bien qui lui a coûté 103 000€.

Pour les frais divers liés à son bien, elle débourse environ 924€. On ajoute à cela 52,9€ d’abonnement téléphonique par mois, 10€ de frais bancaires et 42€ d’assurances maison et voiture.

« Pour les dépenses alimentaires, je fais les poubelles »

Pour se déplacer, elle utilise en général son vélo pour réduire ses dépenses en transport. Elle ne prend sa voiture que pour les grosses courses ou les longs déplacements pour le loisir. Ajouté à cela, elle dépense 65€ de nourriture et de litière pour ses deux chats et son lapin.

Par contre, elle ne paye que 150€ par mois pour sa propre nourriture, y compris les sorties resto. En effet, elle a adopté un mode de vie freeganiste. Ainsi, elle se fournit en majorité dans les poubelles. Elle a alors déclaré :

 « En dehors de l’essentiel, je fais les poubelles… Les poubelles sont devenues une source d’approvisionnement énorme. »

Et elle dit savoir où trouver ce dont elle a besoin dans ces poubelles. Elle considère ce mode de vie comme une pratique solidaire tournée vers la redistribution.

Les loisirs et les craquages de la chargée d’étude

Toutefois, la trentenaire consacre la plus grosse partie de son budget alimentaire aux sorties restos. Et pour ses loisirs, elle dépense près de 60€ au cinéma, piscine et les matériels de sport. Par contre, elle a fait un petit coup de folie et a décroché un permis bateau, fluvial et côtier.

Elle a alors déclaré : « Je n’avais pas le budget sur mon compte, et ça a entamé mon budget vacance. Je pense que j’avais besoin de me faire plaisir parce que depuis plusieurs étés, je dois me « serrer la ceinture » (une séparation, un emprunt pour me séparer, des frais sur la voiture…). »

D’un autre côté, elle ne consacre que 20€ pour ses habits. D’ailleurs, elle dit n’acheter que des vêtements de seconde main. Côté épargne, elle économise 615€ par mois. Elle tire 300€ de son salaire et 315€ du loyer de son colocataire. Et elle économise aussi les primes exceptionnelles perçues ponctuellement. Elle dit vouloir consacrer ces économies pour un futur projet d’adoption.