in

Line Renaud à bout de souffle : à 94 ans, elle est prête à livrer son dernier combat !

Line Renaud à bout de souffle : à 94 ans, elle est prête à livrer son dernier combat !
Line Renaud à bout de souffle : à 94 ans, elle est prête à livrer son dernier combat !-© Bestimage

« Je sais que j’approche du moment », confiait-elle dans les colonnes du magazine Paris Match.

Line Renaud à bout de souffle : à 94 ans, elle est prête à livrer son dernier combat !

La comédienne est déterminée à tenir tête coûte que coûte jusqu’à la fin. En ce qui concerne la mort, elle déclare : « Ça ne me bouleverse pas ».

Line Renaud à bout de souffle : à 94 ans, elle est prête à livrer son dernier combat !

La chanteuse se montre plus claire sur le sujet. « La mort est la compagne de la vie, cela devrait être enseigné à l’école. J’aime la vie et elle me le rend », ajoute-t-elle.

Profitant de cet entretien, l’ancienne meneuse de revue réaffirme son engagement pour l’euthanasie.

L’actrice de 94 ans veut décider de sa propre mort et est prête à tout, peu importe le prix à payer.

« Si la souffrance arrive, je contournerai la loi! », déclare sans détour Line Renaud, avant d’ajouter que chez elle, « on sait faire » l’euthanasie.

« Je n’ai pas l’intention de tirer ma révérence de sitôt(…) C’est décidé: sans loi, je mourrai en résistante. », assurait-elle.

Si elle est si déterminée c’est notamment à cause de son vécu. Le traumatisme d’avoir vu nombreux de ses proches mourir « dans d’atroces souffrances » l’a marqué au fer rouge.

Dès lors, l’actrice qui sera fin mai à l’affiche d’un téléfilm sur la fin de vie, refuse de subir le même sort.

Comme elle l’a expliqué, « les soins palliatifs n’avaient plus aucun effet sur eux« .

Line Renaud décrit comme elle veut mourir.

Line Renaud s’est déjà comment elle souhaite mourir. « A la Jonchère, dans mon lit avec mon chien Pirate à côté de moi… s’il est encore en vie! Je le caresserai, je lui demanderai de venir plus près de moi et il viendra plus près. Je serai entourée de tous mes proches, avec qui je parlerai. »

« Il faut, poursuit-elle, que tout ça soit joyeux. J’ai envie de laisser une image apaisante. Mes amis souhaitent que je parte sans souffrir ».