Lidl : le grand patron fait une triste annonce dans tous ses magasins français

Lidl : le grand patron fait une triste annonce dans tous ses magasins français
© LSA

Lidl : le grand patron fait une triste annonce dans tous ses magasins français. La rédaction d’Il est encore temps vous en dit plus.

Si Michel Biero estimait il y a peu, qu’il ne devrait pas avoir de pénurie dans les supermarchés, l’inflation dans la zone euro a atteint un autre nouveau record en Avril. Lidl : le grand patron fait une triste annonce dans tous ses magasins français.

« Nous rencontrons actuellement des difficultés d’approvisionnement sur plusieurs de nos produits »

Sur l’huile de tournesol, par exemple, Michel Biero indiquait auprès du Parisien que si le stock de Lidl s’écoule plus rapidement que prévu, c’est parce que certains consommateurs se ruent pour faire des réserves.

Voilà pourquoi certains supermarchés Lidl ont dû apposer beaucoup d’affiches appelant les clients à la raison.

« Nous rencontrons actuellement des difficultés d’approvisionnement sur plusieurs de nos produits. Aussi, afin de satisfaire l’ensemble de nos clients, nous vous demandons de bien vouloir limiter vos achats », est-il collé par exemple, sur une vitre aux entrées des magasins Lidl de la région de Lyon.

« Afin de satisfaire l’ensemble de nos clients, nous vous demandons de bien vouloir limiter vos achats« , demande Lidl en listant la quantité de produit souhaitée par client.

Selon actu.fr à Toulouse, tous les directeurs des supermarchés Lidl français ont reçu la même affiche, émanant directement du siège de la marque, à Rungis (Val-de-Marne).

« C’est un message préventif qui n’a pas de caractère obligatoire. Il s’agit d’éviter les phénomènes de ruées que nous avons connues sur ces produits lors du premier confinement », communique Lidl.

« Je pense désormais que la hausse des prix en France sera probablement deux fois plus élevée, autour de 5 à 8% »

Le prix de la bouteille est passé de 1,79 € à 2,10 € en l’espace seulement de 3 ans et il va s’apprécier à nouveau, après la mi-avril, prévient-il.

« En janvier, dit-il. J’ai estimé que l’inflation serait de 3 à 3,5% au premier semestre 2022 dans le secteur alimentaire. Je pense désormais que la hausse des prix en France sera probablement deux fois plus élevée, autour de 5 à 8% », annonce le patron du groupe dans les colonnes du Parisien.

Si la pénurie de poulet est à craindre, c’est notamment selon toujours Michel Biero parce que le problème vient du fait que le plus gros producteur de poulet au monde est ukrainien.

Il produisait jusqu’à 1,5 million de volailles/semaine. L’ensemble du marché européen cherche aujourd’hui d’autres sources d’approvisionnement, concédait-il.