in ,

L’huile de tournesol : les prix flambent comme jamais, c’est le nouvel or jaune !

Lhuile de tournesol : les prix flambent comme jamais cest le nouvel or jaune !
© Femme Actuelle

L’huile de tournesol : les prix flambent comme jamais, c’est le nouvel or jaune agricole ! Plus de détails dans nos prochaines lignes.

Le blocage des ports ukrainiens et de la mer Noire fait peser une menace forte sur les approvisionnements mondiaux du tournesol et de son huile, d’ici quelques mois. Il faut savoir que l’Ukraine est le premier producteur mondial de cet oléagineux, et aussi, premier exportateur mondial de cette huile dans le monde entier. L’huile de tournesol : les prix flambent comme jamais, c’est le nouvel or jaune !

«Si l’Ukraine n’arrive pas à planter, il y aura une crise majeure sur l’huile de tournesol»

Si l’Ukraine parvient actuellement à acheminer par train 10% de ses exportations habituelles de céréales et de protéines, cela ne va pas être suffisant pour assouvir toute la demande mondiale.

Le risque de rupture n’est certes pas immédiat, mais se profile pour la campagne prochaine.

«Si l’Ukraine n’arrive pas à planter, il y aura une crise majeure sur l’huile de tournesol», prédit Jean-Philippe Puig, DG du groupe avril, leader français des huiles végétales. Il serait alors quasiment impossible de trouver des provenances alternatives suffisantes pour compenser.

En France, 1 bouteille d’huile végétale sur 3, vendue en grandes surfaces est issue du tournesol. Les consommateurs n’ont pas à s’inquiéter dans ce sens.

Les industriels gourmands de cet ingrédient, comme le cas de Cérélia, le spécialiste français du pain industriel et de pâtes à tarte craint un «risque de rupture d’approvisionnement avéré», indique son président Guillaume Réveilhac.

L’heure est aux solutions de fortunes.

Des problèmes de disponibilité de cet ingrédient sont déjà notés chez les syndicats des fabricants de biscuits, gâteaux ou pains industriels. L’heure est aux solutions de fortune. Il faudrait penser à substituer ce produit manquant par de l’huile de colza.

Plusieurs grandes surfaces de l’autre côté des Pyrénées (Corte Ingles, Mercadona…) commencent à rationner leur vente d’huile de tournesol au sein de leurs magasins, entre 3 et 5 litres par jour.

Ceci pour éviter que des consommateurs ne soient tentés de faire des stocks, après que le gouvernement ukrainien a commencé à limiter les exportations de certains produits agricoles. Selon les industriels espagnols, le risque de pénurie est « pour l’instant », quasiment inexistant.