in

Les recours légaux en cas de conflit de voisinage

Les recours légaux en cas de conflit de voisinage
Les recours légaux en cas de conflit de voisinage !-© Getty images

Les conflits entre voisins peuvent être épuisants. Découvrez comment faire respecter vos droits et vivre en paix.

Si vous êtes en conflit avec vos voisins, vous n’êtes pas seul. Les problèmes de voisinage peuvent être très courants, allant de la musique forte ou des animaux bruyants, aux arbres dépassant la clôture ou aux disputes sur les limites de propriété. Explorez les recours légaux pour résoudre votre conflit de voisinage. Décryptage.

Les recours légaux en cas de conflit de voisinage

1- Dialogue.

Avant de recourir à des mesures plus formelles, essayez de résoudre le problème par le dialogue, la rencontre ou encore l’échange.

Si les nuisances persistent, il est essentiel de prendre des mesures pour faire valoir vos droits.

2-Lettre recommandée

Une lettre recommandée s’impose lorsque le dialogue ne suffit pas à résoudre le problème. Cette lettre peut être rédigée par un avocat si nécessaire. Vous ferez mieux de réunir des preuves du trouble, telles que des photos et des vidéos.

3- Conciliateur de justice/ Médiateur.

Dans le cas où la situation ne change pas, il est nécessaire de recourir à un conciliateur de justice (dont la démarche est gratuite) ou à un médiateur. Cette démarche est essentielle pour pouvoir ensuite saisir le tribunal si nécessaire.

4- Commissaire de justice.

Si toujours pas de changement… Pensez à solliciter un commissaire de justice (anciennement appelé huissier de justice et commissaire-priseur judiciaire) afin qu’il établisse un ou plusieurs constats.

Un procès-verbal de constat d’huissier constitue la preuve idéale du trouble, et peut être accompagné de vidéos, de photos, de témoignages ou même de certificats médicaux si les nuisances ont un impact sur votre santé.

Toutes ces pièces justificatives pourront ensuite être utiles pour éventuellement faire appel au juge.

5- Mise en demeure.

Il est possible d’envoyer une mise en demeure à votre voisin par l’intermédiaire d’un avocat. Cette mise en demeure invite votre voisin à cesser de perturber votre tranquillité de manière ferme.

Elle l’avertit également que, s’il ne cesse pas dans les 8 jours, il pourra être condamné en justice à vous verser des dommages-intérêts et à rembourser vos frais de procédure.

6- Faire appel aux forces de l’ordre

Dans les cas les plus graves, vous pouvez faire appel aux forces de l’ordre pour constater le trouble.

Si vous êtes propriétaire et que votre locataire est l’auteur des troubles de voisinage, peut-on lire dans les colonnes d’Actu.fr, vous devez prendre des mesures pour faire cesser les nuisances, sous peine de résiliation du bail si une clause résolutoire pour « non-respect de l’obligation d’user paisiblement des locaux loués » est rédigée.

7- Signaler le problème au Département.

Enfin, si vous constatez des problèmes de bruit ou de pollution dans votre environnement, vous pouvez signaler le problème à la Direction des Services de l’Environnement et de l’Assainissement de votre Département.

8- Action en justice.

Si toutes les autres options ont été épuisées, vous pouvez intenter une action en justice pour obtenir une compensation financière pour les dommages subis ou pour obtenir une injonction permanente.