in ,

Les nitrites dans le jambon élèveraient le risque d’un des cancers les plus répandus en France

Les nitrites dans le jambon élèveraient le risque dun des cancers les plus répandus en France
© Pinterest

Alerte danger santé. Les nitrites dans le jambon élèveraient le risque d’un des cancers les plus répandus en France. Le point sur le sujet.

Les nitrites dans le jambon élèveraient le risque d’un des cancers les plus répandus en France. Pour ceux qui ne le savent, les nitrites de sodium sont des conservateurs qui donnent au jambon sa couleur rose. Ils préviennent en même temps, la formation de bactéries toxiques.

« L’ANSES reconnaît qu’il y a un lien entre les charcuteries aux nitrites et le cancer »

Un rapport de l’ANSES, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation rendu public ce mardi, a révélé pour la première fois, le risque de cancer lié aux nitrites du jambon. Voilà qui pourrait faire frémir les consommateurs et amateurs de charcuterie.

« Non seulement l’ANSES reconnaît qu’il y a un lien entre les charcuteries aux nitrites et le cancer du côlon », explique Guillaume Coudray auprès d’Europe 1.

« Dans la ligne qui suit, elle dit en plus qu’il y a des liens avec d’autres cancers, en l’occurrence avec le cancer de la prostate, sans doute un lien avec le cancer du sein ».

« La toxicité des nitrates vient particulièrement de leur association avec d’autres composants », poursuivait-elle.

« Le nitrate et le nitrite vont réagir avec le fer qu’il y a dans la viande et quand ils réagissent avec le fer, ce dernier prend une belle couleur rose appétissante qui est attirante pour le consommateur », explique le spécialiste.

« Sauf que ce fer rose, il devient cancérigène« , alerte-t-il. Après ce rapport de l’ANSES, c’est au gouvernement de choisir les mesures à prendre pour limiter les risques cancérogènes des nitrites.

Nous avons suffisamment d’éléments scientifiques pour dire qu’il faudrait s’en passer”, indiquait Olivier Andrault, le chargé de mission alimentation et agriculture à l’UFC-Que Choisir.

L’Anses appelle les Français à réduire leur consommation de charcuterie.

L’ANSES recommande aux industriels de modifier les étapes de fabrication de la charcuterie et invite parallèlement les Français à réduire leur consommation de charcuterie.

Le cancer colorectal est pour informations, le 3ème cancer le plus fréquent chez l’homme et le second chez la femme après le cancer du sein, selon Amélie.

L’OMS a estimé que 3.880 cancers du côlon et 500 cancers de l’estomac étaient liés à la consommation de charcuterie en France en 2015.