in

L’arnaque aux « fausses contraventions » de stationnement fait de plus en plus de victimes

Larnaque aux fausses contraventions de stationnement fait de plus en plus de victimes
L'arnaque aux « fausses contraventions » de stationnement fait de plus en plus de victimes !-© Shutterstock

Redoublez de vigilance ! L’arnaque aux « fausses contraventions » de stationnement prend de plus en plus d’ampleur ! Découvrez plus de détails dans nos prochaines lignes.

Les fausses amendes pleuvent, gare à vous !

Plusieurs plaintes ont été déposées cet été à Vannes (Bretagne) contre cette nouvelle escroquerie qui frappe le Morbihan. Les habitants faisaient l’objet d’arnaques à la contravention, reçues directement dans leurs boîtes aux lettres.

A l’ouverture du courrier, les victimes ont droit à une fausse amende presque similaire à l’officielle. Si vous n’êtes pas du genre méfiant, il est facile de tomber dans le panneau.

« Votre véhicule a été contrôlé à 107 km/h, pour une vitesse autorisée de 90 km/h », peut-on lire dans le document reçu par de nombreux habitants de la commune.

« C’est une escroquerie assez courante, déjà pratiquée dans d’autres régions de France, avec des fausses amendes parfois posées sur les pare-brise. Souvent, ça arrive par vagues », réagit le commissariat de Vannes auprès du quotidien régional Ouest-France.

Comment s’en prémunir ?

Soyez attentifs aux montants qui vous sont reclamés. Dans la majorité des cas, ils ne collent pas aux bons chiffres. De plus, sachez qu’il n’y a « jamais de QR code sur un avis de contravention ».

Néanmoins, la vigilance est de mise puisque les escrocs font tout ce qui est en leur pouvoir pour rendre ces fausses amendes indétectables.

Outre le numéro de la plaque d’immatriculation, une contravention officielle affiche aussi de façon systématique le modèle de la voiture.

Face à la recrudescence du nombre de victimes dans le Morbihan, la police locale a préféré alerté sur ses réseaux sociaux.

Les forces de l’ordre ont également pris soin de partager un modèle de ces contraventions piégées. Une enquête est en cours.

Un seul site Internet devra être indiqué sur la contravention : www.amendes.gouv.fr. Dès lors qu’une autre adresse y est mentionnée, vous êtes fort probablement face à un faux PV.