in

La France prévoit une taxe irritante pour les voitures électriques selon la distance parcourue

La France prévoit une taxe irritante pour les voitures électriques selon la distance parcourue
La France prévoit une taxe irritante pour les voitures électriques selon la distance parcourue !-© Shutterstock

La France prévoit une taxe irritante pour les voitures électriques selon la distance parcourue. Découvrez plus de détails ici.

La France prévoit une taxe irritante pour les voitures électriques selon la distance parcourue

En France, la proposition de mettre en place une taxe proportionnelle à la distance parcourue afin de compenser la baisse des recettes fiscales causée par la popularité des voitures électriques prend de l’ampleur.

Des inquiétudes ont été soulevées quant à des taxes excessives et à une potentielle atteinte à la vie privée. Des programmes pilotes similaires ont également été initiés aux États-Unis.

Selon l’avis d’un politicien américain, il faut de l’argent pour réparer les routes. Cet argent rapporte francetvinfo.fr, ne peut venir que « des taxes sur l’essence ».

Selon un think tank spécialisé dans les taxes et les politiques publiques, les automobilistes américains auraient parcouru près de 120 kilomètres supplémentaires par plein de carburant entre 1993 et 2020, grâce aux améliorations des moteurs.

De plus, d’après les données du ministère du Travail, en 10 ans, la part des véhicules électriques dans les ventes de véhicules serait passée de 0,1% à 4,6%.

Les voitures électriques ont déjà représenté près de 20% du marché californien l’année dernière, et l’État a fixé comme objectif « de ne vendre que des véhicules sans émission » d’ici 2025.

Cette transition entraînera toutefois un gros manque à gagner pour le financement des travaux routiers.

En effet, en Californie, 80% des fonds destinés à la réparation des routes en Californie proviennent de la taxe sur l’essence. C’est pourquoi l’idée d’imposer une taxe basée sur les kilomètres parcourus, appelée Vehicule Miles Traveled (VMT), a émergé pour créer de nouvelles sources de revenus.

L’association Reform California affirme que les automobilistes moyens paient déjà suffisamment. Selon l’association, il faut actuellement compter « 600 à 800 dollars de plus par an pour rouler sur des autoroutes pas spécialement entretenues ».

Une atteinte à la vie privée ?

D’un autre côté, la crainte persiste quant à l’ingérence du gouvernement dans la vie privée des citoyens.

Pour mettre en œuvre une telle mesure, il serait nécessaire de tracer les véhicules à l’aide d’un dispositif potentiellement installé sur chaque voiture.

Selon les calculs de l’Université d’État de San Jose, « remplacer la taxe sur l’essence par une taxe basée sur le kilométrage favoriserait les véhicules à essence par rapport aux voitures électriques ».

N’empêche que les foyers les plus riches sont principalement ceux qui possèdent des voitures électriques et ne contribuent donc pas à l’entretien des routes avec le système de financement actuel.