in ,

La consommation des ménages a fortement chuté depuis avril 2021

la-consommation-des-menages-a-fortement-chute-depuis-avril-2021

La forte baisse au niveau de la consommation des ménages n’est pas compensée par la stagnation de l’inflation. Cette dernière a d’ailleurs atteint 6,2 % sur un an en novembre. D’ailleurs, l’INSEE l’avait prédit et cela est confirmé. En effet, la croissance du PIB a ralenti au troisième trimestre. Plus précisément, l’activité économique française affiche une croissance de 0,2% après avoir progressé de 0,5% au printemps. Aussi, les biens ont chuté de 2,8 % en octobre. Il s’agit de la plus forte baisse mensuelle de la consommation des ménages depuis avril 2021, lorsque des restrictions sanitaires liées au Covid étaient en place.

Un recul dû aux “conditions météorologiques particulièrement clémentes”

L’Insee souligne que le recul s’explique “par la forte diminution de la consommation d’énergie”, une baisse de 7,9% à cause des “conditions météorologiques particulièrement clémentes”.

Cependant, les achats de produits finis ont diminué de 1,7 % et la consommation alimentaire de 1,4 % ont également contribué à la baisse.

Consommation des ménages : pourquoi cette baisse ?

La consommation des foyers a augmenté de 1,3 % en septembre. De plus, la consommation d’énergie a augmenté ainsi que les produits industriels durant le même mois. Dans le même temps, celle de biens alimentaires, qui affichent désormais une inflation à deux chiffres, a baissé pour le cinquième mois consécutif.

En revanche, l’Insee déclare qu’en octobre, la baisse de consommation de biens “est liée au recul des dépenses en biens d’équipements, notamment en téléphones, et, dans une moindre mesure, à une nette diminution des achats de véhicules neufs”. L’Institut a aussi calculé que les dépenses en habillement-textile ont chuté de 4,1 % après une augmentation de 5,1 % le mois précédent.

Accélération des prix de l’alimentation

L’INSEE estime que les prix à la consommation française ont augmenté de 6,2 % entre novembre 2021 et novembre 2022, en se référant cette fois à la composante inflation.

D’ailleurs, l’inflation avait déjà atteint ce seuil sur un an en octobre. Cependant, la croissance des prix alimentaires s’est accélérée en novembre comparé au mois précédent (+12,2 % sur un an contre 12 % en octobre). Parallèlement, les prix de l’énergie ont augmenté à un rythme modéré (18,5% contre 19,1%).