in

Jusqu’à 6 000€ de plus en 2023 : êtes-vous concerné par cette nouvelle prime exceptionnelle ?

Jusquà 6 000€ de plus en 2023 : êtes-vous concerné par cette nouvelle prime exceptionnelle ?
Jusqu'à 6 000€ de plus en 2023 : êtes-vous concerné par cette nouvelle prime exceptionnelle ? -© Getty images

Les prévisions ne sont pas bonnes. Une vague d’inflation est déjà prévue pour cette année. Le pouvoir d’achat des Français ne risque pas de s’améliorer d’ici-là. L’inflation va continuer grimper jusqu’à atteindre « un sommet entre avril et juin », estimait Michel-Edouard Leclerc auprès du JDD. « Nous savons trois à quatre mois à l’avance comment les prix vont évoluer à travers nos centrales d’achat », se justifiait-il.

En marge de cette hausse de prix, plusieurs primes sont mises en place en vue de préserver le pouvoir d’achat des foyers. Certains Français peuvent gagner jusqu’à 6 000€ de plus en 2023 : êtes-vous concerné par cette nouvelle prime exceptionnelle ? La rédaction d’Il Est Encore Temps fait le point pour vous.

Jusqu’à 6 000€ de plus en 2023 : êtes-vous concerné par cette nouvelle prime exceptionnelle ?

Il s’agit de la prime de partage de la valeur ou nouvelle Prime Macron.

L’employeur (s’il le souhaite) peut verser cette prime exonérée de cotisations et contributions sociales à leurs salariés. Elle concerne les entreprises de droit privéles établissements publics à caractère industriel, commercial et administratif ayant des employés de droit privé.

Cette exonération s’applique, sous conditions, dans la limite de 3 000 euros, et jusqu’à 6 000 euros pour les entreprises qui ont mis en place un dispositif d’intéressement ou de participation.

A qui s’adresse-t-elle ?

Qui pourront en bénéficier ? Les salariés en CDI, CDD, à temps plein ou partiel, ou encore en contrat d’apprentissage au moment du versement. Leur rémunération doit également être inférieure à 3 fois le SMIC sur les 12 mois précédant le versement de l’aide.

Le versement de la nouvelle Prime Macron peut se faire en une ou plusieurs fois, dans la limite d’une fois par trimestre, au cours de l’année civile.

La prime de partage de la valeur ne peut, en aucun cas, rappelle le Minsitère de l’Economie, « se substituer à la rémunération du salarié, ni à des augmentations de rémunération ou des primes prévues par un accord salarial, par le contrat de travail ou par les usages en vigueur dans l’entreprise, l’établissement ou le service ».