in

Je n’ai presque pas travaillé : quel sera le montant de ma retraite ?

Je nai presque pas travaillé : quel sera le montant de ma retraite ?
Je n’ai presque pas travaillé : quel sera le montant de ma retraite ? - © iStock

Si vous avez moins cotisé, votre retraite devra alors logiquement, être moins élevée sachant que la retraite est conditionnée par les cotisations vieillesse. Ces dernières permettent de valider des trimestres dans les régimes de retraite de base et d’obtenir des points dans les régimes de retraite complémentaire. A quelle retraite pourrait alors prétendre une personne qui n’a quasiment pas travaillé ?

En France, rappelle le site spécialisé ToutSurMesFinances.com, tout travail (s’il est déclaré) devra « être assujetti à des charges sociales, dont des cotisations vieillesse supportées en partie par l’employeur et en partie par le salarié/ l’agent dans le secteur public ». Ceux qui sont leurs propres patrons en ont la charge en totalité. C’est le cas des travailleurs non-salariés (artisans, commerçants, chefs d’entreprise, professions libérales). Je n’ai presque pas travaillé ou pas du tout : quel sera le montant minimum de ma retraite ? Le point sur la question.

Ces personnes qui peuvent toucher un minimum retraite même sans avoir jamais travailler.

Théoriquement, pour percevoir une retraite, il faut avoir exercé une activité professionnelle. Toutefois, il existe des dispositifs permettant de vous assurer un minimum même sans avoir travaillé.

Une inscription à Pôle emploi sans avoir jamais eu de travail auparavant permet par exemple d’acquérir 6 trimestres de cotisation à la retraite, même si le demandeur d’emploi ne gagne pas d’allocations chômage.

Les régimes de base accordent généralement un trimestre de retraite pour 90 jours de service militaire (dans la limite de 4 trimestres dans l’année), même si le principal intéressé n’a pas cotisé à un régime de retraite.

Si par exemple, vous avez travaillé 9 ans et effectué 1 an de service militaire, vous avez cumulé 40 trimestres sur les 167 trimestres permettant de jouir une retraite à taux plein.

La décote sera à 37,5 % pour un taux de 12,5 % (50 %-37,50 %). Pour un revenu moyen annuel autour de 26 000 € calculé sur la base du nombre d’années travaillées, votre retraite de base sera de 64,87 € (26 000 € x 12,5 % x [40/167]/12).

Je n’ai presque pas travaillé : quel sera le montant de ma retraite ?

Comme indiqué sur le site spécialisé, si une personne ne travaille pas parce qu’il doit prendre soin de son enfant (âgé de moins de 20 ans), une mère au foyer par exemple, cette dernière peut s’affilier à l’Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF).

Cette affiliation est payante sauf pour les personnes qui assument la charge d’un enfant handicapé ou d’un parent vivant à domicile avec un taux d’incapacité permanente (IP) d’au moins 80%.

Pour celles qui doivent la payer, « l’assiette mensuelle de cotisation correspond à 169 fois le Smic horaire, soit 1.904,63€. Le taux de cotisation vieillesse est à 17,75% ».

À compter de 62 ans, l’âge légal de départ à la retraite, une pension de base est versée. Son calcul dépend des trimestres validés comme si la personne était payée au Smic brut.

L’affiliation à l’AVPF est prise en charge par la CAF pour les parents au foyer mais sous conditions.

Dès 65 ans, les personnes qui n’ont jamais travaillé peuvent toucher l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa). Financée par le Fonds de solidarité vieillesse, cette prestation n’est donc pas issue de cotisations.

Pour y prétendre, il faut habiter au moins six mois en France et ne pas dépasser un certain niveau de revenus annuels. A savoir :

  • 11.533,02 euros par an pour une personne vivant seule
  • 17.905,06 euros par an pour une personne vivant en couple

Depuis le 1er janvier 2023, son montant s’élève au maximum à 931,08 euros par mois pour un célibataire ou à 1.492,08 euros pour une personne en couple.

Pour votre information, la future réforme des retraites dont les grandes lignes ont été présentées ce mardi par Élisabeth Borne, ne devrait pas changer les règles pour ceux ou celles qui bénéficient de droits à la retraite sans exercer d’activité professionnelle.