in

« J’ai besoin de partir de notre appartement », la confession de Line Papin sur sa fausse couche et son avortement

Jai besoin de partir de notre appartement la confession de Line Papin sur sa fausse couche et son avortement
© Bestimage

La femme de Marc Lavoine ne se remet pas encore de ce terrible choc. « J’ai besoin de partir de notre appartement », la confession de Line Papin sur sa fausse couche et son avortement. On vous raconte tout.

En couple avec le chanteur de 59 ans depuis plus de 4 ans, la romancière de 26 ans a fait un déballage intime. Le choc pour les fans de l’écrivaine. « J’ai besoin de partir de notre appartement », la confession de Line Papin sur sa fausse couche et son avortement.

« Quand on a désiré une grossesse qui s’interrompt, il semblerait naturel d’en mener à bout une seconde…« 

Il y a deux ans de cela, Line Papin et Marc Lavoine attendaient des jumeaux. Contre toute attente, la jeune femme fait une fausse couche.

Un événement qui laisse une trace indélébile chez la jeune mère. Douze mois après, elle tombe de nouveau enceinte, mais prend la décision d’avorter. L’ironie du sort.

Interrogée par nos confrères du magazine Femme actuelle, elle livre sa grande vérité. « Quand on a désiré une grossesse qui s’interrompt, il semblerait naturel d’en mener à bout une seconde« , débutait-elle.

Cependant, « quand je suis retombée enceinte un an plus tard, j’ai eu la sensation que la réalité n’était plus prête à accueillir mes désirs anciens, mon rêve de maternité« , poursuivait-elle.

« Les circonstances n’étaient plus les mêmes. Il y a eu tant de chamboulements en moi, tant de blessures, que ce n’était plus le moment« , a-t-elle fait bien mention.

« Pour avoir un enfant, il faut être tranquille, je ne l’étais pas à ce moment-là « .

« Pour moi, ajoutait-elle, il était devenu impossible de devenir mère. C’était techniquement, biologiquement possible, mais humainement impossible, tentait-elle pour se faire comprendre. Mais c’est difficile à expliquer et à comprendre« , reconnaissait-il.

Vers la fin, la jeune romancière qui prépare la sortie de son quatrième livre a bien clarifier les choses. « Qu’il s’agisse de la fausse couche ou de l’avortement : il y a dans les deux cas une volonté, mais une impossibilité », précisait Line Papin.

« Et les deux un déchirement, regrettait-elle. Pour avoir un enfant, il faut être tranquille, je ne l’étais pas à ce moment-là », a-t-elle conclu.