in ,

Inflation : Le PDG de Leclerc présume « un tsunami » en 2023, voici les produits touchés par cette hausse des prix

inflation-le-pdg-de-leclerc-presume-un-tsunami-en-2023-voici-les-produits-touches-par-cette-hausse-des-prix

L’inflation sur les produits alimentaires continue toujours, prévient Michel-Edouard Leclerc mardi dernier. D’après lui, les Français peuvent s’attendre à une hausse spectaculaire des prix dans leurs rayons à partir de 2023. Alors, quels produits sont susceptibles d’être concernés ? Les réponses se trouvent dans cet article ! Ne quittez pas !

De nouveaux accords commerciaux décisifs à Noël

D’où vient cette hausse, annoncée par Michel-Edouard Leclerc ? De nouveaux accords entre distributeurs et industriels permettront aux supermarchés de fixer les prix des produits alimentaires vers Noël. Normalement organisé une seule fois par an, le gouvernement a appelé à une reprise au printemps dernier. Le but est de considérer l’inflation des coûts de production et des matières premières, pour protéger producteurs et entreprises.

D’ailleurs, Michel-Edouard Leclerc confie qu’« Aujourd’hui, il y a un nouveau cycle de négociations que la loi organise. On a des demandes tarifaires venant de tous les groupes de distribution. Mes collaborateurs chez Leclerc me rapportent qu’il n’y a aucune demande de hausse inférieure à deux chiffres ».

Inflation : voici les produits touchés par la flambée de prix en 2023

Selon le PDG de la première enseigne alimentaire française, les grandes enseignes veulent des hausses de prix de 41 % sur l’alimentation animale. De plus, 20 % sur les conserves et 17,74 % sur les conserves de légumes.

En outre, l’augmentation atteint les 15,08 % sur les huiles et les assaisonnements. Tandis que sur les volailles, elle atteint les 13 %, 11 %. Enfin, cette hausse est 10 % pour le café.

Tensions entre distributeurs et industriels

Les échanges entre distributeurs et industriels sont tendus et se prolongent depuis la reprise des négociations. Les premiers accusent les seconds d’exiger des augmentations de prix déraisonnables. Alors que les industriels pensent que les distributeurs ignorent la hausse des coûts de production. Par exemple, ceux de l’énergie et du transport.