in

Inégalités salariales : à partir de ce lundi 6 novembre les femmes travaillent « gratuitement »

inegalites-salariales-a-partir-de-ce-lundi-6-novembre-les-femmes-travaillent-gratuitement

Chaque année, le newsletter Les Glorieuses se penche sur les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Il lance un calcul pour déterminer quand les femmes travaillent gratuitement. Le résultat a conclu que ce serait le 6 novembre 2023 à 11 h 25 et 19 secondes précises.

Le calendrier des inégalités salariales

Les Glorieuses ont calculé combien de jours les femmes travaillent gratuitement avant la fin de l’année. Pour ce faire, elles ont pris en compte l’écart salarial de 15,4% entre hommes et femmes selon les données d’Eurostat. Donc, en se basant au 251 jours ouvrés de l’année, elles ont conclu que cela équivaut à 39 jours, jusqu’au 6 novembre.

Cela fait quelques années que le calcul des Glorieuses sur l’écart salarial entre hommes et femmes suscite des critiques. Certains pointent du doigt l’omission de certains aspects de la vie professionnelle des femmes, comme les interruptions de carrière, les emplois à temps partiel ou les postes occupés. En effet, il reste un symbole de l’inégalité salariale entre les sexes.

Certains médias remettent en question ces chiffres en les comparant aux statistiques de l’Insee de 2021. Ces données ont établi un écart salarial de 4% entre hommes et femmes qui tiennent des postes équivalents avec le même temps de travail.

L’Observatoire des inégalités a conclu que la France stagne dans sa quête des égalités salariales entre hommes et femmes. Les femmes rencontrent encore des difficultés à accéder aux postes situés en haut de l’échelle salariale.

Selon des études, le pourcentage d’écart salarial a stagné au fil des ans. On observe qu’il était de 15,1% en 2016 à 15,8% en 2022 et à 15,4% en 2023.

Quelques améliorations à considérer

Dans ce sens, Les Glorieuses ont émis des suggestions pour améliorer la situation. Elles ont fait des pétitions avec trois propositions pour réduire les inégalités salariales.

La première est de conditionner les subventions à l’égalité salariale. Ce qui fait que les entreprises ne pourront pas recevoir des subventions pour les marchés publics que lorsqu’ elles assurent une égalité salariale.

Ensuite, les autrices ont également proposé l’augmentation des salaires dans les secteurs féminins. Cette décision recouvre surtout dans les domaines professionnels où il y a plus de femmes tels que les infirmières, les enseignantes et les sages-femmes.

Enfin, la troisième suggestion est d’égaliser les durées du congé paternité et maternité. Ainsi, les parents peuvent partager de manière équilibrée le temps d’interruption lié au congé parental.