in ,

Fin des remises sur le carburant : Leclerc fera « un geste »

fin-des-remises-sur-le-carburant-leclerc-fera-un-geste

Le 1er janvier 2023, les remises sur le carburant dans les stations-service en France prendront fin. À partir du 16 novembre, la remise de l’État est passée de 30 cents à 10 cents le litre, et celle de TotalEnergies est passée de 20 cents à 10 cents.

« Je ne vais pas annoncer (ce que je vais faire) à mon concurrent »

Malgré les conditions générales, les prix à la pompe sont restés pour l’instant à des niveaux relativement bas par rapport aux mois précédents. Principalement, en raison de la baisse des prix du baril de pétrole brut.

Alors, cette hausse mécanique des tarifs de 20 centimes dans les stations TotalEnergies (où les deux remises se cumulent) et de 10 centimes dans les autres stations et l’incertitude sur l’activité économique mondiale vont-elles perdurer à partir du 1er janvier ?

De plus, le Groupe Leclerc pourra-t-il faire un effort pour les chauffeurs après la fin de ces remises ? Michel-Edouard Leclerc dit que « Peut-être. Oui, on pourra faire un geste, mais je ne sais pas encore la règle du jeu, je ne sais pas s’ils vont vraiment arrêter, je ne sais pas si Total va arrêter ». Avant de poursuivre que « Je ne vais pas annoncer (ce que je vais faire) à mon concurrent, car Total, c’est mon fournisseur, mais aussi mon concurrent ».

Total n’envisage pas de prolonger les remises sur le carburant

Une simple mise en garde s’impose lorsque le gouvernement a pris une décision. La réduction des rabais prévue pour le 1er novembre a été reportée de 15 jours. Pour raison, ces rabais ont engendré les grèves dans les raffineries et des pénuries de carburant. Cependant, cette fois, l’appareil éligible doit reporter la remise.

TotalEnergies a déjà exclu le maintien de la remise de 10 cents par litre. Une porte-parole de la société a déclaré : « Aucun prolongement de cette remise n’est prévu après cette date ».

De son côté, la station du Centre Leclerc aurait pu être « alimentée à prix coûtant » et reprendre ses activités. Comme ce fut le cas l’été dernier, sans que le responsable le mentionne. Les gros distributeurs réalisent de faibles marges (0,1 à 0,2 cent le litre) lors de la vente de carburant. Mais cette astuce commerciale leur permet de continuer à conquérir des clients.