Énergie : ces Français concernés par la hausse de 15% du gaz en 2023

Énergie : ces Français concernés par la hausse de 15% du gaz en 2023
© Getty images

Énergie : ces Français concernés par la hausse de 15% du gaz en 2023. On vous dit tout ce qu’il faut savoir dans les lignes qui suivent…

Énergie : ces Français concernés par la hausse de 15% du gaz en 2023. Comme souligné par le gouvernement, ce bouclier tarifaire garantit aux foyers bénéficiaires qui se chauffent au gaz une augmentation des factures de 25 euros par mois, en moyenne, au lieu de 200 euros sans le dispositif.

Gaz : Qui sont concernés par la hausse contenue de 15% en 2023 ?

«Tous les ménages», soit environ 10 millions d’abonnés au gaz, les copropriétés, les logements sociaux, les petites entreprises ainsi que les plus petites localités sont concernés par le bouclier tarifaire 2023.

«La totalité des fournisseurs, qu’ils soient en offre à prix fixe, ou en offre proche des tarifs réglementés de vente, peuvent faire bénéficier leurs clients du bouclier tarifaire», fait savoir Emmanuelle Wargon, présidente de la Commission de régulation de l’énergie.

Les autres offres de marché à prix fixes n’ont été éligibles que depuis le 1er septembre, grâce à un mécanisme de compensation par lequel le gouvernement compense les pertes des fournisseurs d’énergie, qui s’alimentent au prix fort sur les marchés de gros.

Les consommateurs dont les contrats arrivent à échéance peuvent choisir une autre offre chez leur fournisseur, voire passer chez la concurrence. energie-info.fr, propose un comparateur d’offres proposées à des tarifs raisonnables.

«On peut toujours changer de fournisseur, sauf dans les cas très particuliers de monopoles de fait comme à Bordeaux», prévient Emmanuelle Wargon.

CRE plaide pour les consommateurs auprès de Gaz de Bordeaux.

Dans la métropole de Bordeaux, certains clients de Gaz de Bordeaux ont reçu une douche froide en découvrant des augmentations de prix de plus de 450 %.

Ces contrats à prix fixe sur trois ans arrivant à échéance ce mois de novembre, l’opérateur a proposé de nouveaux tarifs reflétant les cours actuels.

« Pour ces clients-là, le bouclier n’a pas été appliqué, même s’il vient d’être étendu à l’ensemble des fournisseurs ».

Les courriers précisons-le, avaient été envoyés bien avant les annonces du gouvernement sur la prolongation du bouclier tarifaire.

Malencontreusement, les clients ne peuvent aller voir d’autres fournisseurs étant donné que Gaz de Bordeaux est en situation de monopole. Voilà pourquoi la CRE a demandé à l’opérateur de revoir ses tarifs.

La loi prévoit la suppression du tarif réglementé de gaz pour les ménages, au 1er juillet 2023. La CRE devrait ainsi mettre en place «un prix de référence» reprenant le mode de calcul du tarif réglementé.