in

Électricité : hausse spectaculaire des prix ? Ne vaut-il pas mieux revenir chez EDF ? 

Électricité : hausse spectaculaire des prix ? Ne vaut-il pas mieux revenir chez EDF ? 
© Getty images

Doit-on s’attendre prochainement à une flambée spectaculaire du prix de l’électricité : Ne vaut-il pas mieux revenir chez EDF ? Un expert en énergie répond à la question pour vous.

La crise de l’énergie fait planer chez beaucoup de ménages, l’inquiétude d’une imminente explosion de la facture d’électricité. Électricité : hausse spectaculaire des prix ? Ne vaut-il pas mieux revenir chez EDF comme le font actuellement plusieurs Français ? Qu’en disent les experts ?

Électricité : prix records ? Ne faut-il pas s’empresser de revenir chez EDF ?

Nos confrères de La Dépêche ont eu la bonne idée de s’entretenir avec Aurian de Maupeou, cofondateur de Selectra, société spécialisée dans la comparaison d’offres d’électricité, afin d’élucider la question.

Avec la crise énergétique, il faut savoir que de nombreux fournisseurs alternatifs d’électricité peinent aujourd’hui à faire face à la flambée des prix.

Plusieurs clients ont fait le choix de se tourner vers EDF et ses tarifs réglementés.

Est-ce réellement une bonne idée pour un client d’un fournisseur alternatif de changer de contrat sachant que « le bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement doit prendre fin au début de l’année 2023″ ?

« Si vous faites partie de ces clients ayant reçu un courrier annonçant de prochaines hausses de tarifs, alors il peut être temps de changer d’opérateur », recommande Aurian de Maupeou.

Les « petits » fournisseurs ne produisent pas eux-mêmes l’électricité mais l’achètent sur le marché de gros. Ces derniers dépendent ainsi de la conjoncture du moment.

Certains trouvent quand même leur compte avec ces opérateurs alternatifs. « On peut citer l’exemple de Total, dont le tarif est 5 % moins cher que celui d’EDF. Avec ces offres, le consommateur est clairement gagnant », fait savoir l’expert en énergie.

Grâce au rachat de Direct Energie en 2018, l’énergéticien français bénéficie de capacités de production qui lui évite de se fournir sur le marché de gros.

« Malgré la situation, Watenfall, l’EDF suédois, a maintenu des prix très intéressants jusqu’au 1er septembre. ENI, le Total italien, a continué de commercialiser du gaz au même prix que le tarif réglementé, alors même qu’il aurait eu tout intérêt à le vendre sur le marché plutôt qu’à des clients », analyse Aurian de Maupeou.

Attention, la fin du bouclier tarifaire pourrait changer toute la donne !

Si ces tarifs paraissent intéressants pour l’heure, la fin du bouclier tarifaire pourrait tout changer.

« Les prix d’EDF font office d’étalon, et évoluent de manière contrôlée par l’Etat. C’est pour cela qu’on parle de tarifs réglementés(…) À ce jour, il est fixé à 17,4 centimes le kilowattheure sur l’offre de base ».

« Ce tarif, qui aurait dû augmenter énormément durant l’hiver, s’est stabilisé grâce à l’intervention de l’Etat, qui a plafonné les prix à 4 % », observe le spécialiste.

Si donc, vous faites partie des millions de particuliers ayant souscrit à un abonnement à EDF, il est préférable de ne pas encore changer de contrat.

Vous avez déjà souscrit à l’offre d’un opérateur privé et cherchez à revenir aux tarifs réglementés d’EDF ? Contacter le fournisseur pour qu’il vous réoriente vers une offre au tarif réglementé.

D’ailleurs, il faut savoir qu’EDF s’occupe des démarches nécessaires avec votre fournisseur actuel.