Des particuliers lambda reçoivent des colis surprises : il ne fallait pas les ouvrir

Des particuliers lambda reçoivent des colis surprises : il ne fallait pas les ouvrir
Des particuliers lambda reçoivent des colis surprises : il ne fallait pas les ouvrir !-© Getty images

L’un a accepté la livraison en signant le bon, tandis que l’autre l’a refusée.

En mars dernier, des particuliers lambda reçoivent des colis surprises de la part d’expéditeurs inconnus : il ne fallait absolument pas les ouvrir, une enquête est en cours. L’équipe éditoriale d’Il Est Encore Temps vous en dit plus à travers cet article.

Des particuliers lambda reçoivent des colis surprises : il ne fallait pas les ouvrir !

En mars 2023, deux résidents de la Ville rose ont reçu des paquets mystérieux contenant plusieurs kilos de cannabis en provenance du Canada. L’un a reçu 6,5 kg et l’autre 4,5 kg de cette substance illicite.

En effet, comme précisé plus haut dans notre article, « l’un a refusé le colis, alors que l’autre a été innocenté par les autorités ».

Qui a bien pu envoyer ces colis de cannabis à des destinataires non informés ? Était-ce une manière de « tester les contrôles douaniers et policiers » ?

Les enquêteurs cherchent à déterminer si les expéditeurs ont collaboré avec un livreur malhonnête qui aurait pu détourner les paquets.

Cette livraison de drogue du Canada intrigue les enquêteurs, qui ont récemment observé de près les envois de colis en provenance des Etats américains à Toulouse.

Pour votre information, le Canada encadre strictement la vente de cannabis, mais la légalise. Les trafiquants ont ainsi moins de risques en utilisant le pays à la feuille d’érable comme « base de lancement ».

La valeur marchande de ces colis comme rapporté par nos confrères du portail Actu.fr, est estimée à 100 000 euros.

Des cas presque similaires à l’Ariège. 

Par ailleurs, des colis de weed « légalisée » sont également interceptés dans les départements voisins de Toulouse.

Trois paquets en provenance de Californie, totalisant 5 kg de cannabis, ont été saisis par les douanes en 2020 et 2022, à destination d’un homme domicilié dans l’Ariège.

Mis en détention provisoire pour importation, détention et cession de produits stupéfiants, l’homme de 35 ans est actuellement sous enquête par les gendarmes de la brigade de recherche de Saint-Girons.