in

« Des agents sont en pleurs » : le fisc « croule sous les demandes » face à la nouvelle déclaration immobilière

Des agents sont en pleurs : le fisc croule sous les demandes face à la nouvelle déclaration immobilière
« Des agents sont en pleurs » : le fisc « croule sous les demandes » face à la nouvelle déclaration immobilière !-© Getty images

« Des agents sont en pleurs » : le fisc « croule sous les demandes » face à la nouvelle déclaration immobilière. On vous rapporte tout.

Nouveau délai : 31 juillet 2023

« Seuls » 60% des 34 millions de propriétaires français ont aujourd’hui rempli la déclaration. D’où la décision de la Direction Générale des finances publiques (DGFiP) de reporter la date limite de cette nouvelle obligation au 31 juillet 2023.

« Pas sûr qu’un mois suffise pour combler le retard », estime Christophe Céron, du syndicat Solidaires. Le problème, ajoute-t-il, « c’est que la déclaration n’est possible qu’en ligne ».

« Nous avons des remontées d’agents et de nombreux chefs de service qui nous font part de situations extrêmement préoccupantes, notamment au niveau de la réception du public », alerte le syndicat Solidaires Finances publiques dans une lettre publiée le 26 juin dernier sur son site internet.

« Solidaires Finances Publiques a alerté à de multiples reprises, et ce dès novembre 2020, que le choix fait et porté par l’administration d’une campagne totalement dématérialisée allait inévitablement rencontrer des difficultés majeures auprès de nos concitoyens », souligne le syndicat.

« Du fait de cette absence, les services ont dû créer chacun de leur côté, un document papier distribué au public afin de limiter les files d’attente et de permettre au service une saisie a posteriori. », Est-il indiqué.

« Des agents sont en pleurs » : le fisc « croule sous les demandes » face à la nouvelle déclaration immobilière

« J’ai essayé de faire la déclaration en ligne d’occupation de mon bien immobilier, mais le site était inaccessible. Je suis allé au centre des impôts. Il était submergé », raconte auprès de Ouest France, un octogénaire du Finistère répondant au nom de Marcel.

« Les services croulent sous les demandes, révèle Christophe Céron. Plus de 80 000 appels par jour mi-juin ! Et dans les centres, quand vous êtes seul à l’accueil avec 50 personnes, qui attendent… J’ai eu des témoignages d’agents en pleurs« , poursuit-il.

Pas étonnant sachant que le fisc invite les propriétaires non à l’aise avec internet, à « se rendre dans un service des impôts pour y être accompagné ».