Coup dur pour les clients de Lidl : la marque allemande n’est plus autorisée à vendre ces produits dans ses magasins, elle doit détruire tous ses stocks

Coup dur pour les clients de Lidl : la marque allemande nest plus autorisée à vendre ces produits dans ses magasins elle doit détruire tous ses stocks
© Getty images

Coup dur pour les clients de Lidl : la marque allemande n’est plus autorisée à vendre ces produits dans ses magasins. Tous ses stocks détruits !

Coup dur pour les clients de Lidl : la marque allemande n’est plus autorisée à vendre ces produits dans ses magasins. Ayant perdu une bataille juridique, l’enseigne du hard-discount doit détruire tous ses stocks.

Lidl obligé de détruire tous ses stocks de lapins de Pâques en chocolat.

Le verdict est tombé cette fin septembre. Lidl n’a plus le droit de commercialiser ses lapins de Pâques en chocolat puisque ceux-ci, par leur emballage doré, peuvent être confondus aux chocolats de Lindt & Sprüngli.

C’est la plus haute juridiction suisse qui a donné raison au fabricant du chocolat haut de gamme. Lidl ne peut plus vendre ses lapins mais est contraint de détruire ses stocks restants !

La branche suisse de la chaîne de supermarchés, appelée Lidl Schweiz AG et Lidl Schweiz DL AG pourrait tout de même faire fondre ces chocolats afin de le réutiliser.

Cette bataille judiciaire remonte depuis 2018 lorsque le groupe suisse Lindt & Sprüngli avait attaqué en justice la branche suisse de Lidl en dénonçant la forme et l’aspect très proches des lapins vendus à bas prix de lenseigne allemande à son produit phare pour les fêtes pascales.

« Dans l’esprit du public ils ne peuvent pas être distingués » !

Selon le Tribunal fédéral, les lapins en chocolat présentaient « un risque de confusion même si les deux produits présentent certaines différences ».

La justice d’argumenter : « Vu l’impression d’ensemble produite, les lapins de Lidl suscitent des associations évidentes avec la forme du lapin de Lindt(…) Dans l’esprit du public ils ne peuvent pas être distingués », ajoutait le Tribunal Fédéral.

Pour sa défense, Lindt et Sprüngli avait fourni à l’appui des sondages auprès de consommateurs démontrant que son lapin a acquis une notoriété générale auprès du public.

Le Tribunal fédéral a jugé qu’il « peut être considéré comme notoire que les formes que Lindt & Sprüngli a fait protéger par le droit des marques sont associées par une partie très importante du public à l’entreprise Lindt & Sprüngli ».

La branche suisse des supermarchés Lidl n’a pas voulu réagir à ce sujet après que l’AFP l’ait contacté.