in

Chômage : les radiations des demandeurs d’emploi bondissent avec l’intensification des contrôles de Pôle emploi !

Chômage : les radiations des demandeurs demploi bondissent avec lintensification des contrôles de Pôle emploi !
Chômage : les radiations des demandeurs d'emploi bondissent avec l'intensification des contrôles de Pôle emploi ! - © Adobestock

Chômage : les radiations des demandeurs d’emploi explosent avec l’intensification des contrôles de Pôle emploi ! Les détails ici.

Il y aurait eu 500.000 contrôles en 2022, soit 25% de plus qu’en 2019, rapporte Le Figaro. Résultat : les radiations des chômeurs bondissent avec l’intensification des contrôles de Pôle emploi !

Pourquoi Pôle Emploi procède-t-il à ces contrôles ?

L’objectif de ces contrôles étant de vérifier que les demandeurs d’emplois mettent tout en œuvre pour revenir à la vie active. S’ils ne s’y adonnent pas, ils risquent une suspension ou une suppression de leur allocation.

« Les conseillers de Pôle Emploi vont vérifier qu’un demandeur d’emploi répond à des offres, se rend à des entretiens, participe à des sessions de recrutement ou suit les formations proposées », expliquait Elisabeth Borne, alors ministre du Travail, en 2021 sur les ondes de RTL.

Si les services de Pôle Emploi constatent un manquement de la part du chômeur, celui-ci peut être soit radié temporairement ou définitivement des listes des demandeurs d’emploi et voir le versement de son allocation suspendu ou supprimé.

« Les sanctions s’étalent entre une radiation d’un mois, si le demandeur d’emploi est incapable de justifier ses démarches ou qu’il refuse à deux reprises une offre raisonnable par exemple, et une radiation définitive en cas de déclaration mensongère« , explique le site service-public.fr.

« C’est une évaluation faite sur plusieurs mois. La réponse est graduée. La première fois on peut supprimer temporairement votre allocation pendant un mois et cela peut aller jusqu’à la radiation si on recommence », détaillait celle qui est désormais Première Ministre. 

« C’est bien normal, alors qu’on accompagne comme on ne l’a jamais fait les demandeurs d’emploi, qu’on s’assure qu’ils cherchent effectivement du travail », rappelait-elle.

Explosion du nombre de radiations des chômeurs !

« La décision de radiation n’est donc jamais automatique et est toujours précédée d’un avertissement qui laisse plus de dix jours au demandeur d’emploi pour réagir et se justifier ».

« Ces justifications aboutissent dans une grande majorité de cas à ne pas prononcer de sanction(…) Ainsi, Pôle emploi prend en compte la situation de la personne et ne radie jamais de manière aveugle et automatique« , explique la direction générale de l’opérateur public auprès du magazine Capital.

« En cas de radiation, si le chômeur est indemnisé, ses allocations chômage ne lui sont plus versées… pour un laps de temps. Parce que la radiation a une durée limitée : d’un à douze mois consécutifs, selon le manquement. Le demandeur d’emploi peut donc se réinscrire ensuite. « 83% des radiations ont une durée d’un mois », Peut-on lire.

58.100 radiations administratives ont été répertoriées sur le mois de novembre 2022, un record jamais atteint depuis cette statistique, souligne Le Figaro.

Cette hausse des radiations est liée à l’augmentation des contrôles des 600 agents de Pôle emploi chargés de ces vérifications.