in

Chassé de chez lui, un couple de retraités handicapés vit dans sa Clio : « On a le dos fracassé »

chasse-de-chez-lui-un-couple-de-retraites-handicapes-vit-dans-sa-clio-on-a-le-dos-fracasse

Un couple de retraités handicapés de Nouvelle Aquitaine a été contraint de vivre au camping durant des mois. Pour cause, les deux ont été expulsés de leur logement. Ainsi, ils se sont retrouvés à la rue, obligés de vivre dans leur voiture.

« C’est très dur »

« Si on était jeunes et en bonne santé, ce ne serait pas facile… Là ça fait déjà 9 jours et c’est très dur ! Et on a le dos fracassé. ». Pour Frédéric Tavitian et Michel Baril, cette situation n’est plus acceptable. Comme le rapportent nos confrères de France 3 Nouvelle Aquitaine, le couple n’a pas trouvé d’autre choix que de dormir dans leur voiture.

Les deux retraités ont passé les derniers mois sous une tente au camping d’Arès sur le Bassin d’Arcachon. En effet, cela fait suite à leur expulsion de leur dernière maison. Le problème est que le camping a fermé pour l’hiver fin octobre.

Chercher un logement qui s’adapte à leur handicap

Avec un revenu mensuel d’un peu plus de 2 000 €, difficile de trouver un logement pas cher dans ce secteur touristique. Comme ils sont tous les deux handicapés, trouver une maison adaptée à leurs besoins est particulièrement difficile.

Deux ans plus tôt, le couple vivait dans un appartement. Malheureusement, on les a évacués de là. Une décision qui suscite leur contestation aujourd’hui : « On a été expulsés pour une histoire de facture d’eau transformée en loyer impayé. On nous a dit que nous n’avions pas assez de revenus pour nous loger. C’est faux ! On a 2000 euros de revenus mensuels et le loyer était de 600 euros, ça ne tient pas debout ! »

À Andernos-les-Bains, on leur a proposé un logement social qui entrait dans leur budget. Par contre, il n’y avait pas d’ascenseur et cela est indispensable en raison de leur handicap.

Le maire de Lège-Cap Ferret prend le dossier du couple en main

Le maire de Lège-Cap Ferret, Philippe de Gonneville, a pris conscience du sort de ces deux retraités. » Nous allons travailler avec les CCAS d’Andernos, d’Arès ou de Lège. Ce, pour essayer de faire une proposition à ce couple. De façon à ce qu’il puisse avoir un logement décent », avance l’édile qui se prépare à faire des propositions aux deux sexagénaires.

En attendant de se voir attribuer un logement convenable, le couple passe ses nuits dans sa vieille Renault Clio.