in

Cette usine qui fabrique des bébés crée une onde de choc…

Cette usine qui fabrique des bébés crée une onde de choc…
Cette usine qui fabrique des bébés crée une onde de choc ! - © Ectolife

Depuis plusieurs générations, la question portée sur l’ectogenèse ou la procréation d’être vivant dans un utérus artificiel suscite toujours autant des craintes que des fantasmes. Mais en ce début de l’année 2023 où le projet transhumanisme qui tente de faire augmenter la capacité physique et intellectuel de l’être humain grâce à l’intelligence artificielle (IA) ne cesse de gagner du terrain, la société peut changer et accepter le projet plus facilement. 

L’entreprise Ectolife continue à faire parler d’elle grâce à la sagacité du biotechnologue Hashem Al-Ghaili. Dans un court-métrage qu’il a intitulé « EctoLife », rendu public depuis le 9 décembre 2022, celui qui se présente également comme un communicateur scientifique a divisé le monde entier.

Cette usine qui fabrique des bébés crée une onde de choc…

Dans cette courte vidéo, l’homme en question a fait l’éloge d’une « ferme humaine » qui pourrait produire, en un an seulement, un peu plus de 3000 bébés dans des utérus artificiels.

Hashem Al-Ghaili, le créateur de ce concept, ne doute pas que son projet puisse se réaliser dans un avenir proche, les contraintes d’ordre éthique paraissent, jusqu’à ce jour, infranchissables.

Selon la législation internationale, tous les projets de recherches qui touchent l’ectogenèse chez les humains sont limités jusqu’à seulement 14 jours. Après cette période, tout doit être détruit.

Ce qui contraint, en effet, les scientifiques du monde entier à ne réaliser leurs expériences que sur les animaux dont les caractéristiques physiologiques sont très proches de l’homme.

Au courant de l’année 2017, un groupe de chercheurs de l’hôpital pour enfants de Philadelphie (USA) a réalisé une avancée majeure dans ce domaine en travaillant à partir des fœtus d’agneaux.

Dans un premier temps, cette équipe a pratiqué une césarienne chez une brebis qui n’est pas encore arrivée à terme de sa gestation. Dans un deuxième temps, elle a placé l’agneau prématuré dans un utérus artificiel.

Parvenu à terme, ce dernier était incapable de marcher et présente également des anomalies d’ordre physiologique. Au bout de quelques jours, il a succombé.

Ces derniers temps, les chercheurs chinois misent tout sur la mise en place des utérus humains artificiels commandés par l’intelligence artificielle (IA).

Mais en pratique, les recherches sur l’ectogenèse restent encore au stade embryonnaire. Et ce malgré l’importance du capital humain et financier mobilisé par certaines grandes puissances.

L’utérus artificiel, l’état d’avancement des recherches…

Interrogé par François Saltiel sur le plateau du Meilleur des mondes, une émission de France Culture diffusée en décembre 2022, René Frydman l’avait confirmé.

« Pour l’instant, déclarait ainsi l’auteur de « Intimité en danger« , on est dans une visée académique. À vrai dire, « on cherche encore à comprendre, précisait-il, ce qui fait qu’un embryon s’implante ou ne s’implante pas. »

EctoLife, vers la repoduction des « bébés parfaits »…

Mais avec la promotion faite par EctoLife, les choses risquent de changer dans un futur très proche.

Promettant un enfant intelligent et sans maladie, répondant aux critères de choix de chaque parent (couleur des yeux, type de cheveux, etc.), la société attire davantage des sympathisants…Oubliant que « Science sans conscience n’est que ruine de l’homme. »