Cash Services : va-t-on vers la fin des distributeurs bancaires ?

Cash Services : va-t-on vers la fin des distributeurs bancaires ?
Cash Services : va-t-on vers la fin des distributeurs bancaires ?-© Getty images

Cash Services : va-t-on vers la fin des distributeurs bancaires ? On vous donne plus d’infos dans les lignes qui suivent…

Cash Services : va-t-on vers la fin des distributeurs bancaires ?

« L’objectif pour Cash Services est d’avoir plus de 5000 sites agences, avec un ou plusieurs automates, auxquels on peut ajouter 2000 sites hors agences, permettant des retraits et dépôts d’espèces à l’ensemble des clients de toutes les banques » du consortium, expliquait auprès de l’AFP le directeur général délégué de BNP Paribas Thierry Laborde.

La mutualisation concerne principalement les zones urbaines où les quatre enseignes bancaires, à savoir BNP Paribas, SG (la nouvelle marque issue de la fusion entre Société Générale et Crédit du Nord), Crédit Mutuel et CIC, cohabitent côte à côte.

Les distributeurs « Cash Services« , relayent nos confrères de BFMTV, proposent toutes sortes de fonctionnalités aux usagers, leur permettant de « retirer ou déposer des billets et de la monnaie, de déposer des chèques, de consulter leur solde ou d’obtenir un RIB » en toute simplicité.

La mise en commun des distributeurs bancaires est envisagée pour restreindre les retraits dits « déplacés« , c’est-à-dire effectués en dehors des distributeurs de la propre banque du client, entraînant ainsi des frais supplémentaires en fonction de son abonnement et d’un quota établi.

Cette initiative vise également à réduire les coûts opérationnels des banques : une diminution du nombre de distributeurs entraîne mécaniquement une réduction des dépenses liées à l’approvisionnement, à l’entretien et aux déplacements des transporteurs de fonds.

7000 points de retraits fin 2025.

Dès le quatrième trimestre 2023, une mesure concrète s’appliquera pour les clients du Crédit Mutuel, leur offrant la possibilité de retirer de l’argent liquide sans frais dans les distributeurs du CIC.

Actuellement, les retraits effectués auprès d’un réseau concurrent peuvent entraîner des coûts supplémentaires pour les utilisateurs.

L’objectif est qu’il puisse subsister quelques 7000 points de retraits fin 2025 contre quelque 15.000 distributeurs actuellement en service.