Camaïeu et Noz : « J’y étais à la première heure ! » Les clients de Noz s’arrachent les stocks de vêtements Camaïeu

camaieu-et-noz-jy-etais-a-la-premiere-heure-les-clients-de-noz-sarrachent-les-stocks-de-vetements-camaieu
publicité

Camaïeu a fermé tous ses magasins le mois dernier suite à sa liquidation judiciaire. Ainsi, le déstockeur Noz a racheté le stock non écoulé de l’enseigne. De ce fait, les clients de Noz s’arrachent les stocks de vêtements Camaïeu dans ses magasins.

Bernadette Thomas à l’affût des stocks de vêtements Camaïeu

La nouvelle sur le rachat des stocks de Camaïeu par Noz n’a pas tardé à arriver aux oreilles des clients. Et parmi eux, on compte Bernadette Thomas, une Landaise de 44 ans. Elle a ainsi attendu l’ouverture des portes de Noz à Saint-Paul-les-Dax à 10 heures du matin. Il faut savoir que Noz revend ces produits à prix réduit, ce qui constitue une bonne affaire pour les clients.

publicité

Depuis mercredi dernier, de nombreuses personnes ont, comme Bernadette, envahi les boutiques du destockeur. L’offre s’adresse surtout aux femmes. En effet, le destockeur vend à prix cassé les restes de vêtements prêt-à-porter féminin Camaïeu. En fait, Camaïeu a vendu aux enchères près de 1,2 million de pièces au destockeur suite à sa liquidation juridique.

Ainsi, on y a trouvé des jupes, jean délavé, t-shirts et débardeurs bariolés et bien d’autres. Pour sa part, Bernadette a dépensé 166€ pour « un panier plein et une garde-robe refaite à neuf. »

publicité

« Une vraie excitation » pour les clients

Sandrine Berthelot, co-gérante d’un magasin Noz près de Châteauroux (Indre), affirme avoir « été assaillie de messages » sur les produits Camaïeu. Elle a alors déclaré auprès de BFMTV.com : « Il y a une vraie excitation autour de cette vente… Tous les jours, on a au moins un appel à ce sujet, et beaucoup de clients se déplacent spécifiquement pour ça. »

D’autres, comme Émilie Dannel, ont profité de ces ventes pour avoir un tout dernier vêtement Camaïeu. Elle a ainsi fait le déplacement lundi dans un Noz près de Cambrai (Nord). Elle a alors déclaré pour BFMTV.com : « Camaïeu me manquait (…) C’est un magasin dans lequel je m’habillais depuis l’adolescence, où on pouvait trouver autant une tenue d’été qu’une tenue pour un entretien d’embauche… Pour 42 euros, j’ai trouvé un pantalon habillé rose poudré, un haut blanc, des chaussures d’été dorées et un manteau… Ça vaut quand même le coup, car on n’a jamais une tenue complète pour ce prix en magasin, même en soldes. »

publicité

Des « ristournes » encore frileuses ?

Plusieurs femmes ont attendu cette occasion pour faire de bonnes affaires. On compte parmi elle Aurore Godin, une mère de famille de 40 ans habitant à Moncoutant (Deux-Sèvres). Elle a alors déclaré auprès de BFMTV.com : « J’aimais bien Camaïeu, et j’avais l’habitude d’acheter tous mes pantalons là-bas, donc je voulais profiter du fait que tout est à moitié prix pour renflouer mon armoire avant l’hiver. »

Toutefois, certaines comme Bernadette Thomas s’attendaient à de meilleures ristournes. Elle a alors déclaré : « Ça ne vaut pas encore trop le coup, on s’attendait à plus de ristourne. »

Pour sa part, Débastien Jaffres, acheteur pour Noz a répondu à la question dans les colonnes du Parisien. Il a alors déclaré : « Dans le milieu du déstockage, beaucoup d’achats se font en contre-saison, nos clients ont l’habitude. » Les 580 000 pièces de la collection automne-hiver vont bientôt rejoindre les rayons de Noz dans les semaines à venir.

publicité