in ,

Arnaque au compteur Linky : comment identifier les faux agents Enedis ?

arnaque-au-compteur-linky-comment-identifier-les-faux-agents-enedis

De faux agents Enedis pourraient vous rendre visite concernant votre compteur Linky dans les jours à venir. En fait, grâce à une arnaque avérée, les bandits extorquent des milliers d’euros à leurs victimes. Voici comment éviter ce type d’escroquerie.

Restez vigilant face aux faux agents !

Les arnaqueurs renforcent leurs excuses pour frapper à votre porte et voler votre argent. Selon Capital, il s’agit de la dernière opération dans laquelle de faux agents Enedis font désormais des descentes dans des maisons à la recherche de nouvelles victimes. En fait, les escrocs prétendent que votre compteur Linky est défectueux ou cassé. Il faut donc le remplacer pour ne pas faire exploser votre facture d’électricité. C’est une grande controverse compte tenu de la crise énergétique sans précédent et de l’hiver rigoureux qui s’annonce.

Le fait est que ces faux salariés d’Enedis peuvent vous facturer jusqu’à 6 000 € pour ce mensonge. En effet, la France assiste actuellement à une recrudescence de nouvelles arnaques de fausse qualité sous plusieurs prismes. Que ce soit des faux policiers, des faux pompiers, des faux fonctionnaires ou encore des faux agents EDF. Étant âgés et isolés, ces derniers sont considérés comme des cibles faciles pour les escrocs. Alors, bien que les autorités émettent des avertissements, restez toujours prudents.

Arnaque au compteur Linky : « demander une carte professionnelle »

Nos confrères de Capital nous recommandent : « Pour se prémunir de ce type d’escroquerie, il est conseillé de demander une carte professionnelle, un ordre de mission ou un justificatif d’intervention à tout individu se présentant à votre domicile ».

À noter également que toute intervention d’un collaborateur d’Enedis est systématiquement précédée d’un avertissement à l’attention des clients.

Face à cette crise, il est bien malheureux de perdre quelques euros pour rien. Rappelons qu’une telle fraude est passible de 5 ans de prison et de 375 000 € d’amende.