in

Arnaque à la carte Vitale : une victime témoigne de la méthode des escrocs qui se font passer pour la banque

Arnaque à la carte Vitale : une victime témoigne de la méthode des escrocs qui se font passer pour la banque
© Istock

Arnaque à la carte Vitale : une victime témoigne de la méthode des escrocs qui se font passer pour la banque. On vous rapporte tout en détail.

Il s’agit d’une étudiante toulousaine qui raconte avoir été dupée à cause du fait que le réseau téléphonique d’une agence de la BNP Paribas a été détourné. Croyant discuter avec une conseillère bancaire à propos du vol de ses informations personnelles, la victime était en réalité en train de donner son consentement à un arnaqueur. Arnaque à la carte Vitale : une victime témoigne de la méthode des escrocs qui se font passer pour la banque.

« Je l’ai remercié de m’avoir volé » : une victime de l’arnaque à la carte vitale raconte comment elle se faisait avoir

Tout est parti d’un simple SMS évoquant le remplacement de sa carte vitale avec un lien vers un faux site Ameli.fr. « J’en ai reçu beaucoup des messages comme ça, je ne sais pas pourquoi cette fois-ci je me suis fait avoir« , raconte cette jeune femme de 25 ans.

Invitée à fournir ses informations personnelles dont ses coordonnées bancaires, elle tombe facilement dans le piège.

Les escrocs se faisaient ainsi passer pour de faux employés de banque et ont appelé l’étudiante 2 jours après le vol de ses informations personnelles.

En obtenant son adresse, ils ont pu déterminer l’agence la plus proche de son domicile pour s’en approprier le réseau téléphonique.

« Je n’ai pas répondu au premier appel. J’ai vérifié sur internet et c’était le numéro d’une agence BNP Paribas, celle de l’agence François-Verdier à Toulouse. J’ai donc répondu au deuxième appel« , témoignait celle qui risque de voir plus de 2500€ débités de son compte bien qu’elle ne les possède pas.

« L’appel a duré 20 minutes« , explique-t-elle tout en soulignant que le ton de la fausse employée de banque était très autoritaire. Elle se disait être du service anti-fraude de la BNP Paribas.

« Elle était très directe et je l’ai senti presque plus impliquée que moi, j’ai été surprise« , poursuit-elle.

« Vous savez, plus de 700 000 personnes se sont fait arnaquer avec ce système c’est un scandale, tentait-elle de la mettre en confiance. Nous ne comprenons pas qu’Ameli ne fassent rien. Ne vous sentez pas flouée, plein de gens se sont fait arnaquer avec ça ».

« Je l’ai remercié de m’avoir volé », a amèrement fait savoir l’étudiante. « Ne vous inquiétez pas madame, vous êtes assuré anti-fraude nous sommes là pour vous. », lui aurait répondu son arnaqueuse.

Elle porte plainte contre sa banque, et engage un avocat.

Ce n’est que le lendemain qu’elle a réellement pris conscience de la situation, lorsqu’elle a rappelé le même numéro pour tomber sur la véritable agence bancaire.

« Le conseiller m’a alors affirmé qu’aucun employé n’a essayé de me contacter. Là je réalise et tout s’effondre, je me suis mise à pleurer instantanément« , indiquait-elle.

« C’était très dur, je me suis sentie très mal plusieurs jours après cet appel« , confiait-elle. Elle a d’ores et déjà lancé une procédure de remboursement auprès de sa banque.

Selon la BNP Paribas, la cliente est fautive d’avoir donné ses informations personnelles et son consentement. Aucun remboursement ne serait donc possible. Elle prévoit de déposer plainte.

« C’est très compliqué de subir ce genre de vol et d’en plus ne pas se sentir soutenue par sa banque« , concluait-elle son témoignage.