in

Arnaque à la carte Vitale : ces escrocs ont délesté plus de 100 000 euros à leurs victimes grâce à un SMS frauduleux

Arnaque à la carte Vitale : ces escrocs ont délesté plus de 100 000 euros à leurs victimes grâce à un SMS frauduleux
Arnaque à la carte Vitale : ces escrocs ont délesté plus de 100 000 euros à leurs victimes grâce à un SMS frauduleux !-© Adobestock

Les escroqueries à la carte Vitale continuent de faire des victimes. Ce sont « six escrocs originaires du XXe et du XIe », rapporte Le Parisien, qui sont incriminés dans cette arnaque d’envergure. Ils « ont comparu le 17 février 2023 devant le tribunal correctionnel de Paris ». 

A partir d’un simple faux SMS, ces escrocs ont délesté plus de 100 000 euros à leurs victimes dans le cadre d’une arnaque à la carte Vitale. On vous explique comment ils procédaient pour faire tomber leurs 29 victimes dont le patron d’une concession automobile de 55 ans qui est loin d’être « naïf« .

Arnaque à la carte Vitale : ces escrocs ont délesté plus de 100 000 euros à leurs victimes grâce à un SMS frauduleux

Les faits ont eu lieu entre décembre 2021 et novembre 2022. Ces arnaqueurs dont l’audience a été renvoyée au 15 septembre 2023, organisaient dans un premier temps de vastes campagnes d’envois de faux SMS.

Des messages frauduleux de l’Assurance maladie qui invitaient les utilisateurs à renouveler leur carte Vitale. Ils sont ensuite conduits sur un faux site de l’organisme où leurs données personnelles et bancaires étaient récupérées.

Puis dans un second temps, les victimes reçoivent l’appel d’un faux banquier. Ce faux conseiller explique alors à la victime qu’elle avait été piratée. Il propose de l’aider. Le but ici c’est de parvenir à soutirer les codes de carte bancaire des victimes.

« Un dernier suspect est toujours recherché par la police » !

Pour certaines victimes, le préjudice dépassait les 20 000 euros. Des opérations validées par les victimes elles-mêmes. Ce qui sous-entend que les sommes ne leur seront malheureusement pas remboursées.

Selon les informations du Parisien, « un dernier suspect est toujours recherché par la police ». Sinon, ses complices ont déjà comparu pour escroqueries et tentatives d’escroqueries en bande organisée, blanchiment et abus de confiance ce 17 février dernier.

Évitez de donner facilement vos informations sensibles. Le mot d’ordre est la vigilance.