Après le Covid-19, un nouveau virus détecté en Chine, plusieurs personnes infectées

Après le Covid-19 un nouveau virus détecté en Chine plusieurs personnes infectées
© LP

Après la terrible pandémie du Covid-19, un nouveau virus est dès lors détecté en Chine, plusieurs personnes déjà infectées. Les détails.

Après le Covid-19, un nouveau virus détecté en Chine, plusieurs personnes infectées jusque-là. On fait le point pour vous.

Tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau virus détecté en Chine, plusieurs individus déjà infectés !

Nommé « Langya« , ce virus qui a déjà touché 35 personnes dans 2 provinces de l’est de la Chine se transmettrait des animaux aux humains.

Selon les médecins, il présenterait des caractéristiques similaires au coronavirus.

Testés parce qu’elles étaient fébriles, les patients infectés par ce nouveau virus présentaient dans la majeure des cas, des symptômes de la fièvre, de la fatigue, une toux, une diminution d’appétit, des douleurs musculaires, des nausées, des maux de tête ainsi que des vomissements.

Les personnes infectées présentaient également tous des antécédents de contact avec des animaux.

Il s’agit d’un virus totalement nouveau selon les autorités sanitaires. Il n’aurait encore jamais infecté d’humains jusqu’à aujourd’hui.

Ce virus est de la famille Henipavirus. Deux de ses espèces ont été d’ores et déjà été identifiées auparavant. A savoir le virus Hendra et le Nipah.

Ces deux derniers auraient engendré des maladies graves voire mortelles chez les personnes infectées.

Aucun vaccin ni traitement n’ont encore vu le jour. Selon les données de l’OMS, l’hénipavirus est classé au niveau de biosécurité 4. Son taux de létalité est compris entre 40 et 75%.

Le pays vers une nouvelle épidémie ?

D’après les scientifiques, les musaraignes pourraient bien être le porteur le plus évident du virus Langya.

« S’il n’y a pas de transmission d’homme à homme, on a du mal à imaginer une véritable épidémie car tout le monde n’est pas exposé à des musaraignes », a fait savoir François Balloux, directeur de l’Institut de génétique à l’University College de Londres.

Selon un récent article du Parisien, le Langya henipavirus n’a rien d’alarmant. En tout cas, pas au même point que le Covid-19. Comme révélé par le quotidien francilien, « la circulation de ce virus n’est pas récente et elle semble relativement lente ».

Mais il faut croire que cette information pourtant très cruciale n’a pas été soulignée par les nombreux articles qui traitent du sujet. Les 35 patients concernés ayant été pris en charge d’avril 2018 à août 2021, on ne peut donc pas parler d’une épidémie en cours ces dernières semaines.