in

Anne-Sophie Lapix : grosse polémique au 20 h, France 2 attaquée !

Anne-Sophie Lapix : grosse polémique au 20 h France 2 attaquée !
© France 2

À seulement 74 jours du premier tour de l’élection présidentielle de 2022, le ton monte au sein même du groupe France Télévisions. Anne-Sophie Lapix : grosse polémique au 20 h, France 2 attaquée. Le point avec la rédaction d’Il est encore temps.

Le lundi 7 février dernier, Anne-Sophie Lapix présentait une nouvelle édition du JT de 20 h. La discussion entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine a fait la Une des actualités.

Après l’augmentation du prix de l’essence ainsi que l’état d’urgence en Ottawa, le passage de la candidate populaire du Rassemblement national à l’élection présidentielle, Marine Le Pen, à par tir de 20 h 22 a marqué également cette soirée.

Une séquence politique qui continue de provoquer un long débat en interne. Anne-Sophie Lapix : grosse polémique au 20 h, France 2 attaquée.

Ce « microcosme parisien » qui fait défaut

En effet, le syndicat CGT de France Télévisions dont Anne-Sophie Lapix fait partie, dans un communiqué officiel, met en cause la gestion des intervenants pour cette émission politique de la deuxième chaîne dédiée à l’élection présidentielle de 2022, baptisée Élysée 2022.

Les syndicalistes dénoncent avant tout ce « microcosme parisien » qui ne privilégie que des journalistes et candidats originaires de la capitale parisienne.

La CGT de France Télévisions se demande, par ailleurs, sur la place qu’occupent les régions et l’Outre-mer face ce système exclusif.

« Un débat pour la présidentielle ne doit pas être un ring de boxe avec des « grandes figures » prêtes à « se faire » untel ou une telle comme ils en ont le goût et l’habitude« , pouvait-on lire dans ce communiqué.

Ainsi, « il est temps d’apporter de la diversité dans nos débats, avec des journalistes de l’entreprise qui ont largement le niveau pour y participer aux côtés de certaines grandes figures, a-t-on fait bien mention. À égalité », ajoutait-on.

Ce n’est pas tout. « Il est encore temps de corriger la copie et d’ouvrir France Télévisions à sa réalité, et aux réalités des Français« , poursuivait la CGT.

« Paris n’est pas la France ».

Vers la fin, la même entité dénonce que « starification » de l’information est un danger pour l’entreprise ».

La preuve ? Elle coupe un peu plus chaque jour le lien entre le pays et les médias d’information. Dans ce cas de figure, France Télévisions doit s’écarter de cette dérive ».

Bref, « Paris n’est pas la France. Et France Télévisions, c’est 9000 salariés au service de 67 millions de Français. Il est temps que chacun l’assimile », a-t-on conclu.