in

3 banques s’associent pour mettre en place un distributeur commun de billets, qu’est-ce que cela veut dire ?

3 banques sassocient pour mettre en place un distributeur commun de billets, quest-ce que cela veut dire ?
3 banques s'associent pour mettre en place un distributeur commun de billets, qu'est-ce que cela veut dire ?- © Getty images

Le projet avait rappelons-le, déjà été annoncé depuis octobre 2021. A 1 an de cela, soit en octobre 2022, le directeur général délégué de BNP Paribas, Thierry Laborde, chargé des réseaux de banque de détail, parlait d’un lancement prévu pour début 2023.

Et nous y sommes ! 3 banques s’associent au sein d’une entité commune 2SF (Société des Services Fiduciaires) pour mettre en place un distributeur commun de billets, qu’est-ce que ça va changer pour les clients de ces établissements bancaires ? Le point avec l’équipe rédactionnelle d’Il Est Encore Temps.

3 banques s’associent pour mettre en place un distributeur commun de billets

Société Générale, Crédit Mutuel-CIC et BNP Paribas vont effectivement déployer à partir du quatrième trimestre 2023 leur projet de mise en commun de leurs quelque 15.000 distributeurs automatiques de billets (DAB) dans l’Hexagone.

« Nommé Cash Services, précise le communiqué commun aux trois banques ce mercredi 15 février 2023, il sera progressivement déployé sur l’intégralité des automates dès le quatrième trimestre 2023 jusqu’à fin 2025, qu’ils soient implantés au sein des agences bancaires ou dans d’autres espaces publics (gares, centres commerciaux, etc.) ».

Selon les trois partenaires, ce projet vise notamment à renforcer l’offre pour chacun des clients « jusqu’à 3 fois ». Ces derniers auront ainsi accès aux DAB d’autres banques que la leur.

Comme CIC comptait 2.100 DAB fin 2021, cela veut dire qu’il subsistera entre 6.300 distributeurs « Cash Services » et les 15.000 actuels.

Qu’est-ce Cash Services va-t-elle changer pour vous ?

Les distributeurs « Cash Services » offrent « la possibilité de retirer ou de déposer des billets et de la monnaie, de déposer des chèques, de consulter son solde ou d’éditer un RIB ».

La mise en commun limitera également les retraits « déplacés », c’est-à-dire les retraits réalisés hors des distributeurs de sa propre banque, facturés au client à partir d’un certain nombre, et en fonction de l’offre à laquelle il a souscrit.

« Dans les grandes métropoles où il y a de nombreux DAB, s’il y en a un en face de l’autre, d’une des trois enseignes concernées par le projet Cash Services, l’un sera supprimé. En revanche, dans d’autres zones rurales, le but est de les préserver »,peut-on lire dans les colonnes dactu.fr

Les zones urbaines où cohabitent ces enseignes sont les principales concernées par ce projet de mutualisation.

« Le but est de pérenniser durablement le libre-service bancaire auxquels les Français sont attachés, dans les zones urbaines comme dans les zones rurales », indique le communiqué.

Le maillage territorial de cette réorganisation ne sera comme expliqué par Cash Services, dévoilé qu’à la fin de l’année 2023.